Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates



Chirurgie de la main
Volume 34, n° 6
page 340 (décembre 2015)
Doi : 10.1016/j.main.2015.10.024
Annual Congress of the French Society for Surgery of the Hand

Greffes secondaires sur pseudarthroses du scaphoïde carpien opérés. À propos de 54 cas
 

Colin De Cheveigné , Pierre Croutzet, Benjamin Ferreira, Alexa Gaston-nouvel
 Clinique de l’Union, Toulouse, France 

Auteur correspondant.
@@#100979@@
Introduction

La pseudarthroses du scaphoïde déjà opérée a mauvaise réputation. La dévascularisation, les dégâts osseux, l’enraidissement articulaire et le découragement font souvent renoncer à une nouvelle greffe. Cette série prospective de 54 greffes secondaires montre qu’on peut faire consolider 80 % des scaphoïdes déjà opérés.

Patients et méthodes

Les 54 patients analysés sont extraits d’une série globale de 364 pseudarthroses opérées de 1991 à 2014. Vingt-neuf patients étaient opérés ailleurs, 25 étaient des échecs de greffes de l’opérateur. La série comporte 52 hommes, 2 femmes, âge moyen 30,4ans. Le délai moyen fracture-greffe secondaire était de 5,5ans. En préopératoire, la force était de 45 % de celle du côté opposé, les amplitudes de 66 %. La douleur estimée empiriquement à 4,5/10. La fracture initiale était 6 fois de type 1–2 de Schernberg, 31 de type 3, 12 de type 4–5. La pseudarthrose était au stade 1 d’Alnot 6 fois, 2, 30 fois, 3, 11 fois et 4, 7 fois. La DISI moyenne était de 18°. L’intervention, surtout par voie antérieure, a presque toujours comporté une greffe, iliaque 23 fois, spongieuse locale 2 fois, pédiculée 20 fois (radius 19, métacarpien 1) et fémorale libre 6 fois, fixée par vissage simple. Deux patients ont été greffés 2 fois. L’immobilisation a duré 3,6 mois.

Résultats

Revus avec un recul moyen de 18,7 mois, 43 patients avaient consolidé, avec confirmation tomodensitométrique si nécessaire. Il n’y a eu ni infection ni algodystrophie. Le matériel a été retiré 12 fois. La douleur avait baissé à 1,5/10, les amplitudes restaient inchangées, la force remontait à 70 %. La DISI moyenne était de 9°. La consolidation a semblé mettre fin à l’évolution dégénérative à long terme.

Discussion

Comparé à la série globale d’où il est tiré, l’échantillon était composé de pseudarthroses plus évoluées que les patients non opérés. Les résultats, logiquement moins bons qu’après greffe sur pseudarthrose « vierge » restaient néanmoins très favorables avec un taux de consolidation de 80 %. Les patients consolidés avaient un peu moins de souplesse et de force mais le même bon effet antalgique. Les résultats étaient supérieurs à ceux d’un traitement palliatif.

Conclusion

Il ne faut pas renoncer à greffer un scaphoïde déjà opéré ailleurs, ni a reprendre ses propres échecs par une nouvelle greffe, vascularisée si nécessaire.

The full text of this article is available in PDF format.


© 2015  Published by Elsevier Masson SAS.