Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 30,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    5 0 0 0


Revue Neurologique
Vol 161, N° 12  - décembre 2005
pp. 1267-1271
Doi : RN-12-2005-161-12-0035-3787-101019-200506191
Neuvièmes Journées des Maladies du Système Nerveux Périphérique
Les anomalies neuromusculaires acquises de réanimation
 

F. Louillet  [1], F. Colas  [1], H.D. Outin [2], B. de Jonghe [2], T. Sharshar [1]
[1] Service de Réanimation médicale, Hôpital Raymond Poincaré, Garches.
[2] Service de Réanimation médicale, Centre Hospitalier de Poissy, Poissy.

Tirés à part : T. Sharshar,

[3] Service de Réanimation Médicale, Hôpital Raymond Poincaré, 104, boulevard Raymond-Poincaré, 92380 Garches. tarek.sharshar@rpc.ap-hop-paris.fr

@@#100979@@

La survenue au cours de l’hospitalisation en réanimation d’un déficit neurologique périphérique est désormais individualisée sous le terme d’Anomalies Neuromusculaires Acquises de Réanimation (ANMAR) qui affecte 25 p. 100 des patients se réveillant en réanimation et se caractérise par un déficit moteur des quatre membres globalement symétrique et proximal, épargnant la face et souvent accompagné d’une aréflexie ostéotendineuse. L’atteinte diaphragmatique associée est une cause d’échec de sevrage ventilatoire. Les examens complémentaires comprennent surtout un électroneuromyogramme montrant le plus souvent une polyneuropathie axonale sensitivo-motrice et/ou une myopathie, un dosage des enzymes musculaires et parfois une biopsie musculaire. Les mécanismes physiopathologiques sont multiples et d’ordre immuno-inflammatoire, nutritionnel, métabolique et toxique. Les facteurs de risque d’ANMAR sont le syndrome de défaillance multiviscérale, la durée de la ventilation mécanique, l’hyperglycémie, l’administration de corticoïdes et de curares. Une fois les difficultés de sevrage ventilatoire amendées, le délai de récupération de la marche est de trois semaines chez la plupart des patients, mais peut excéder plusieurs mois dans certains cas. À ce jour, les moyens de prévention d’ANMAR sont, outre un usage pondéré des médicaments délétères précédemment cités, un contrôle strict de la glycémie, dont le bénéfice a été démontré chez des patients de réanimation chirurgicale.

Abstract
Neuromuscular abnormalities in critical illness.

Critical illness neuromuscular abnormalities (CINMA) are found in 25 percent of ITU patients who recover consciousness and are characterized by a bilateral and symmetric weakness that involves the four limbs but spares the facial muscles. Electrophysiological testing shows an axonal sensory motor polyneuropathy and/or myopathy. The main risk factors of CINMA are prolonged durations of multiple organ failure and mechanical ventilation, use of corticosteroids and hyperglycaemia. CINMA contribute also to increase the duration of mechanical ventilation, this effect being mediated by diaphragm weakness. The median duration of limb weakness is 21 days, although it can exceed several months in some patients. Few preventive measures have been assessed. Whether the benefit of strict blood glucose control in ITU patients recovering from heart surgery on CINMA incidence can be extended to medical ICU patients needs to be determined.


Mots clés : Neuromyopathie acquise de réanimation , Sevrage ventilatoire , Facteur de risque , Défaillance multiviscérale , Corticoïdes , Séquelles

Keywords: IUC acquired neuromyopathy , Weaning risk factors , Multiple organ failure , Steroids , Disability






© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.