Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 30,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    6 1 0 0


Archives de pédiatrie
Volume 23, n° 9
pages 957-962 (septembre 2016)
Doi : 10.1016/j.arcped.2016.03.001
Received : 5 January 2015 ;  accepted : 25 February 2016
Neonatal transient hypophosphatemic hypercalciuric rickets in dizygous twins: A role for maternal alendronate therapy before pregnancy or antireflux medications?
Rachitisme néonatal hypophosphatémique hypercalciurique transitoire chez deux jumeaux dizygotes : un rôle de l’alendronate maternel ou des traitements anti-reflux ?
 

M. Gerin a, b, G. Jambon c, A. Fouque-Aubert d, C. Raybaud e, P. Cochat a, b, c, d, e, f, O. Claris c, d, e, f, J. Bacchetta a, , b, c, d, e, f
a Service de néphrologie, rhumatologie et dermatologie pédiatriques, Centre de référence des maladies rénales rares, hôpital Femme Mère Enfant, 59, boulevard Pinel, 69677 Bron, France 
b Département de pédiatrie, CHU de Grenoble, 38043 Grenoble, France 
c Service de néonatologie, hôpital Femme Mère Enfant, 69500 Bron, France 
d Centre orthopédique Santy, 69008 Lyon, France 
e Service d’urgences pédiatriques, hôpital Femme Mère Enfant, 69500 Bron, France 
f Faculté de médecine Lyon Est, université de Lyon, 69008 Lyon, France 

Corresponding author.
Summary
Background

Bisphosphonates (BP) are sometimes used in children and young women, but their use requires expertise and caution due to the relative lack of long-term efficacy and safety data.

Clinical cases

We report on two dizygotic male twins with a past of mild prematurity who presented at the age of 2 months with moderate clinical craniotabes, hypophosphatemia, normal circulating calcium, severe hypercalciuria, and low parathyroid hormone levels. Following supplementation with oral phosphorus and native vitamin D, the clinical and biological abnormalities disappeared within 2 months. Since the twins were dizygotic and were identical in terms of clinical presentation and progression, the only likely explanation for these transient mineral abnormalities was prenatal or neonatal exposure to a toxic agent. Taking into account their medical past, two drugs were possibly involved: either oral alendronate that their mother had received before pregnancy for misdiagnosed osteoporosis or antireflux medications, or both.

Discussion

We believe that these two cases could correspond to the first description of a potential mother-to-fetus transmission of alendronate, inducing early and transient hypophosphatemic rickets, the clinical picture being worsened by the antireflux drugs impairing intestinal phosphate absorption. For pediatric rheumatologists, this raises the question of more clearly defining the indications for BP in female children and teenagers; for rheumatologists, this also demonstrates the importance of correctly diagnosing osteoporosis and not using BP off-label, especially in women of child-bearing age.

The full text of this article is available in PDF format.
Résumé
Introduction

Les biphosphonates (BP) sont parfois utilisés chez l’enfant et les femmes jeunes, mais leur utilisation nécessite expertise et prudence du fait de données limitées sur leur efficacité et leur sécurité à long terme.

Cas clinique

Nous rapportons le cas de deux jumeaux nés avec une prématurité modérée qui ont présenté à l’âge de 2 mois un tableau de craniotabès modéré associé à hypophosphatémie, normocalcémie, hypercalciurie importante et un certain degré d’hypoparathyroïdie. Avec une supplémentation en phosphore et en vitamine D, les anomalies cliniques et biologiques ont disparu complètement en 2 mois. Comme les jumeaux étaient dizygotes, et comme leur présentation et leur évolution clinique avaient été complètement parallèles, l’hypothèse d’une exposition transitoire néonatale ou prénatale à un toxique était la plus probable pour expliquer le tableau. Deux agents ont été identifiés à l’interrogatoire : l’alendronate oral que la mère avait pris avant la grossesse pour une « ostéoporose », et les médicaments à visée anti-reflux (utilisés à doses habituelles), les deux pouvant être en cause séparément ou ensemble.

Discussion

Ces deux cas peuvent correspondre à la première description d’un passage transplacentaire de BP ayant des conséquences cliniques, dans un contexte de traitement anti-reflux pouvant limiter par ailleurs l’absorption intestinale de phosphore chez des anciens prématurés. Pour les rhumatologues pédiatres, cela pose la question d’une définition plus claire des indications de BP chez les jeunes filles ; pour les rhumatologues, cela pose la question des ostéoporoses mal diagnostiquées et sur-traitées par des BP, surtout chez les femmes jeunes encore en âge de procréer.

The full text of this article is available in PDF format.


© 2016  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.