Figure 17

Figure 17. Exemple de mesure aberrante de l’angle irido-cornéen en Orbscan. Les 2 points qui servent à déterminer l’angle irido-cornéen sont visualisés sur la photographie de l’œil. Ces 2 points qui sont sensés correspondre à l’intersection entre la surface cornéenne postérieure et la surface irienne antérieure sont ici manifestement aberrants. L’angle de cet œil qui a un antécédent de glaucome par fermeture de l’angle est très sur-estimé. La reconstruction « plane » est moins fiable que la reconstruction « polynomiale » pour les angles irido-cornéen étroits.