Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 33,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    2 0 0 0


Nutrition clinique et métabolisme
Volume 21, n° S2
pages 36-37 (novembre 2007)
Doi : 10.1016/S0985-0562(07)78784-8
O012 Thérapie nutritionnelle du cancer de la prostate métastatique en échappement hormonal par un régime alimentaire à teneur réduite en polyamines
 

B.-G. Cipolla a, R. Havouis b, J.-P. Moulinoux c
a Urologie, Centre Hospitalier Privé Saint Grégoire, Rennes, France 
b GRETAC, CHU, Rennes, France 
c GRETAC, Nutrialys, Rennes, France 

@@#100979@@
Introduction et but de l’étude

Les polyamines (PA) sont impliquées dans la prolifération tumorale en particulier dans le cancer de prostate. La déplétion en PA diminue la croissance tumorale in vivo. Nous avons évalué l’observance et les effets d’un régime alimentaire appauvri en PA associée à une décontamination intestinale (DI) chez des patients avec cancer de prostate métastatique en échappement hormonal. (EH).

Matériel et methods

26 patients (pts) : age 68±10 ans, en EH depuis 10±8 mois, ont accepté un régime alimentaire appauvri en PA 5 jours sur 7 avec une DI une semaine sur deux (Néomycine : 10 pts puis Nifuroxazide : 16pts). Le régime a pu être établi après mesure en spectrométrie de masse de la teneur en polyamines de 233 aliments et boissons, un guide nutritionnel étant ainsi donné aux pts. Les scores OMS d’état général et EORTC de douleurs ont régulièrement été évalués avec le poids, la NFS, l’ionogramme sanguin et la protidémie. 16 autres pts en EH, ayant un régime alimentaire normal, ont rétrospectivement servi de témoins pour la survie. Les courbes de survie ont été établies selon la méthode de Kaplan-Meier.

Résultats

L’observance moyenne au régime est de 23±20 (4-80) mois. La tolérance est bonne (deux diarrhées grade II dues aux à la DI). Aucune modification significative du poids ou des paramètres biologiques étudiés n’a été notée.

Les scores OMS et EORTC ont été améliorés de façon significative à 3 mois (0,5±0,7 vs 0,7±0,9: p=0,03) et 6 mois (0,5±0,8 vs 1±1,3, p=0,02) par rapport aux valeurs initiales.

La médiane de survie spécifique (après EH) est de 36 vs 17 mois (p=0,002) par rapport aux témoins. 11 pts ont débuté le régime dans les 8 premiers mois de l’EH. Leur médiane de survie est de 49 vs 34 mois par rapport à celle de 15 pts ayant débuté le régime après un laps de 9 mois (après l’EH) (p=0,02).

Conclusions

Premier essai de nutrition thérapeutique chez des pts avec cancer de prostate métastatique en EH, la diminution alimentaire en PA associée à une DI est bien observée et tolérée. Elle semble bénéficier aux pts par une amélioration de l’état général, une diminution des douleurs et peut-être une augmentation de la survie d’autant que le régime est initié dans les premiers mois de l’EH.

The full text of this article is available in PDF format.


© 2007  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.