Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 33,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    7 1 0 0


Revue du rhumatisme
Volume 77, n° 2
pages 149-155 (mars 2010)
Doi : 10.1016/j.rhum.2009.11.018
accepted : 9 November 2009
Auto-anticorps spécifiques et auto-anticorps associés des myosites dans les syndromes de chevauchement et les dermatopolymyosites primitives : intérêt pour la classification clinique : étude rétrospective transversale de 169 patients
 

Andrea Váncsa a, b, , Lajos Gergely b, Andrea Ponyi c, Gabriella Lakos b, Júlia Németh d, Péter Szodoray b, Katalin Dankó b
a Service de rhumatologie, institut de médecine interne, université de Debrecen Medical and Health Science Center, Móricz Zs. 22, 4032 Debrecen, Hongrie 
b Unité d’immunologie clinique, 3e service de médecine interne, université de Debrecen Medical and Health Science Center, Móricz Zs. 22, 4032 Debrecen, Hongrie 
c 2e service de pédiatrie, université Semmelweis, Budapest, Hongrie 
d Service d’immunodiagnostique, institut national de la santé, Budapest, Hongrie 

Auteur correspondant. 3e service de médecine interne, institut de médecine interne, université de Debrecen, DEOEC, Móricz Zs. 22, Debrecen, H-4032, Hongrie.
Résumé
Objectif

Cette étude a pour objectif d’évaluer la prévalence des différents auto-anticorps spécifiques des myosites et des auto-anticorps associés aux myosites, leur relation avec la symptomatologie clinique, l’évolution de la maladie et la réponse au traitement chez 169 patients hongrois atteints de myopathie inflammatoire idiopathique.

Méthodes

Cette étude porte sur les sérums de 130 patients atteints de myosites primitives et de 39 patients atteints de myosites présents dans des syndromes « de chevauchement » comprenant la sclérodermie systémique (13), la polyarthrite rhumatoïde (12), le lupus érythémateux systémique (cinq) et le syndrome de Goujerot-Sjögren (neuf) ont été étudiés. Les anticorps antinucléaires, les anticorps associés à la sclérodermie (anti-centromère, anti-topoisomérase I), les anti-Jo-1, anti-PL-7, anti-PL-12, anti-Mi-2, anti-SRP et anti-PM-Scl, anti-Ku, anti-SS-A, anti-SS-B, anti-U1snRNP. Les résultats ont été corrélés aux signes cliniques, à l’évolution de la maladie et à la réponse au traitement chez les patients souffrant de myosites de chevauchement en comparaison aux patients atteints de myosites primitives.

Résultats

Une autre connectivite était présente chez 23,1 % des patients. Des anticorps associés aux myosites ont été retrouvés chez 8,5 % des patients atteints apparemment de myosites primitives, permettant de reclasser 11 patients de la cohorte diagnostiqués myosites primitives (23 % vs 29,6 %), en myosites de « chevauchement » selon les nouveaux critères de classification diagnostique. La polymyosite était la forme la plus fréquente des myosites « de chevauchement » (87,2 %), tandis que la sclérodermie était la connectivite la plus fréquemment associée (33,3 %). Les ANA étaient positifs chez 25,4 % des myosites primitives et chez 61,5 % des myosites « de chevauchement ». Dans l’ensemble, 39,6 % des patients avec myosites (n =67) avaient des auto-anticorps, les plus fréquents étant les anticorps anti-Jo-1 (18,3 %) corrélés à une évolution polycyclique de la maladie.

Conclusion

La prise en compte des anticorps spécifiques des myosites et des anticorps associés aux myosites dans les nouveaux critères diagnostiques des myopathies inflammatoires est très importante. Elle permet d’affiner la classification des myosites et de proposer des thérapeutiques spécifiques en fonction du type de myosite.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Myopathie idiopathique inflammatoire (MII), Myosite de chevauchement, Anticorps spécifique des myosites (ASM), Anticorps associés aux myosites (AAM), Traitement immunosuppresseur



 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais sa référence anglaise dans le même volume de Joint Bone Spine .



© 2009  Société Française de Rhumatologie@@#104156@@