Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates



Nutrition clinique et métabolisme
Vol 24, N° S1  - décembre 2010
pp. 31-32
Doi : NUCLI-12-2010-24-S1-0985-0562-101019-201005405
O021
La dénutrition en hébergement pour personnes âgées
 

MS* Ferry [1], J Vetel [2], N Maubourget [3], P Blin [4]
[1] Université Paris XIII, Inserm, Valence,
[2] CH du Mans, Le Mans,
[3] FAMCO Bordeaux,
[4] Nukleus Paris, France

@@#100979@@

Introduction et But de l’étude. – La dénutrition du sujet âgé est une situation courante, véritable problème de santé publique, qui a fait l’objet de recommandations de prise en charge de la Haute Autorité de Santé (HAS), mais est encore très largement sous-estimée, notamment en institution pour personnes âgées. L’estimation de la fréquence reste actuellement très grossière dans les Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD). L’objectif principal du projet décrit était donc d’obtenir une estimation de la fréquence de la dénutrition protéino-énergétique dans les EHPAD, selon les différents profils PATHOS. PATHOS est un système d’informations sur les niveaux de soins nécessaires pour assurer les traitements des états pathologiques des personnes âgées, utilisé dans les EHPAD. Les éléments de codage sont basés sur 50 états pathologiques (dont la dénutrition) et 12 profils de soins plausibles. Chaque profil est l’expression d’une démarche thérapeutique combinant les soins médicaux, paramédicaux, pharmacologiques et les examens complémentaires dictés par la gravité et l’évolution de la situation clinique. Chaque état pathologique identifié est associé à un profil de soins. Les objectifs secondaires étaient : – de corréler la dénutrition aux états pathologiques recensés en EHPAD ; – d’évaluer les pathologies à risque de dénutrition associées et les profils de gravité de soins PATHOS ; – d’évaluer la fréquence des patients relevant d’un traitement adjuvant de la dénutrition, selon la stratégie thérapeutique proposée par l’HAS.

Matériel et Méthodes. – Il s’agit d’une étude observationnelle transversale de sujets résidents d’EHPAD, réalisée auprès d’un échantillon aléatoire de structures formées au codage PATHOS à l’occasion du renouvellement de leur convention en 2008. Dans chaque EHPAD de l’échantillon, le médecin coordonnateur devait effectuer un recueil d’informations pour tous les pensionnaires de l’EHPAD avec un maximum de 120 résidents selon un processus aléatoire. La dénutrition a été définie, selon les critères de la HAS par la présence d’au moins un critère de dénutrition parmi les 4 critères suivants : 1) perte de poids ≥ 5 % en 1 mois ou ≥ 10 % en 6 mois ; 2) IMC < 21 kg/m2 ; 3) albuminémie < 35 g/L avec une CRP < 10 mg/L (absence de syndrome inflammatoire) ; 4) MNA < 17. Parmi les EHPAD ayant accepté de participer, 4 669 résidents ont été inclus et 4 520 sujets analysés.

Résultats. – Les résultats ont montré que 45,6 % des sujets (IC 95 % [44,2 % > 47,1 %]) répondaient au moins à un critère objectif HAS de dénutrition (dénutrition objectivée) et un tiers d’entre eux présentaient au moins un critère objectif HAS de dénutrition sévère, soit 12,5 % (IC95 % [11,5 % > 13,4 %]) de l’ensemble des sujets. Mais que seulement 18 % étaient cotés dans le profil Pathos dénutrition…

Conclusion. – Ces résultats montrent que dans le quotidien des EHPAD, les critères HAS de dénutrition ne sont pas systématiquement évalués, ou tout au moins pas toujours associés à la pathologie dénutrition. Donc que la dénutrition est bien sous-évaluée. Ces résultats sont supérieurs à ceux estimés dans la bibliographie de l’HAS en 2007, mais correspondent bien à la modification d’activité de ces structures de prise en charge.






© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.