Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 33,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    5 1 0 0


Nutrition clinique et métabolisme
Volume 25, n° 2
pages 86-90 (juin 2011)
Doi : 10.1016/j.nupar.2011.04.006
Received : 20 January 2011 ;  accepted : 14 February 2011
Le syndrome de renutrition inappropriée : la clé du traitement est la prévention
Refeeding syndrome: Prevention is the key to the treatment
 

Anne-Catherine Barras-Moret a, Esther Guex b, Pauline Coti Bertrand b,
a Service de médecine interne, HFR-hôpital cantonal, 1700 Fribourg, Suisse 
b Nutrition clinique, service d’endocrinologie-diabétologie-métabolisme, centre hospitalier et universitaire vaudois, 1011 Lausanne, Suisse 

Auteur correspondant.
Résumé

Dans un contexte où la sensibilisation du monde médical et soignant à la dénutrition amène à des prises en charge nutritionnelles de plus en plus systématiques, les patients à risque de syndrome de renutrition inappropriée (SRI) ne sont souvent que tardivement identifiés. Pourtant, le SRI est décrit comme potentiellement fatal depuis près d’un siècle. Le SRI est défini par l’ensemble des manifestations biologiques et cliniques néfastes qui surviennent lors de la renutrition de patients dénutris ou ayant subi un jeûne prolongé. Une renutrition trop rapide peut amener brutalement à une hypophosphorémie, une hypomagnésémie, une hypokaliémie, une hyperglycémie, une hypovitaminose B1 et/ou à différentes défaillances d’organes en particulier cardiaque, neurologique et respiratoire. Le décès peut alors survenir dans un contexte de syndrome de défaillance multiviscérale. La prévention du SRI est aujourd’hui bien codifiée et devrait permettre d’en réduire la morbidité et la mortalité. Pour cela, il est primordial d’identifier les patients à risque de SRI afin d’observer une surveillance biologique et clinique adaptée à l’importance du risque. Les objectifs de la prise en charge sont, d’une part de prévenir les troubles hydro-électrolytiques et les déficits vitaminiques en reconstituant les réserves de l’organisme et d’autre part, mais seulement après correction des déficits nutritionnels, d’obtenir une balance protéino-énergétique positive.

The full text of this article is available in PDF format.
Abstract

In a context where particular awareness of doctors and nurses to undernutrition leads to more and more systematic nutritional care, inappropriate renutrition syndrome (IRS) is often underdiagnosed. However IRS has been described as a potentially lethal condition for almost a century. IRS is defined as all biological and clinical adverse reactions that occur during renutrition of undernourished or long fasting patients. If renutrition is too rapid, it leads to an abrupt decrease in plasma levels of phosphate, magnesium, potassium and thiamine, and to several organ failures including cardiac, neurological, respiratory, renal, hepatic, muscular and haematological. Today, prevention of IRS is well codified and should allow reducing its morbidity and mortality. For this purpose, it is of prime importance to identify patients at high risk of IRS to allow for a biological and clinical monitoring adapted to this risk’s severity. The objectives of IRS care are to achieve first hydro-electrolytic and vitamin balance. Then, and only after all nutritional deficiencies are corrected, they aim towards cautious and gradual energy restoration.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Dénutrition, Hypophosphorémie, Nutrition artificielle

Keywords : Malnutrition, Hypophosphatemia, Nutritional support




© 2011  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.