Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 33,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    6 1 0 0


Gynécologie Obstétrique & Fertilité
Volume 35, n° 3
pages 193-198 (mars 2007)
Doi : 10.1016/j.gyobfe.2006.12.019
Received : 16 August 2006 ;  accepted : 19 December 2006
Effets de la voie d'abord sur la stadification et la survie des tumeurs ovariennes frontières à un stade précoce
Impact of the surgical route on staging and outcome of early borderline ovarian tumors
 

P. Desfeux a, A.-S. Bats a, C. Bensaid a, G. Chatellier b, B. Blanc c, D. Querleu d, F. Lecuru a,
a Service de chirurgie gynécologique et cancérologique, hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP), APHP, université Paris-Descartes (Paris-V), 20, rue Leblanc, 75015 Paris, France 
b Unité d'épidémiologie clinique CIE4 Inserm, hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP), APHP, université Paris-Descartes (Paris-V), 20, rue Leblanc, 75015 Paris, France 
c Département de chirurgie, centre Claudius-Regaud, 31000, 20, rue du Pont-Saint-Pierre, 31052 Toulouse cedex, France 
d Service de gynécologie, hôpital La Conception, 147, boulevard Baille, 13005 Marseille, France 

Auteur correspondant.
Résumé
Objectif

Évaluer l'impact de la voie d'abord chirurgicale sur la prise en charge des tumeurs ovariennes frontières précoces et leur évolution.

Patientes et méthodes

Nous avons effectué une analyse rétrospective de dossiers de lésions frontières de l'ovaire opérées entre le 1er janvier 1985 et le 31 décembre 2001. Seuls les stades compris entre Ia et Ic ont été retenus. Nous avons comparé la fréquence de gestes potentiellement délétères en fonction de la voie d'abord chirurgicale. La qualité de la stadification chirurgicale a été mesurée par l'analyse un à un de tous les gestes nécessaires et par l'utilisation d'un score (stadification nulle, partielle, complète). L'influence des variables décrivant les caractéristiques des patientes, le bilan préopératoire et l'intervention initiale sur la qualité de la stadification ont été testés dans un modèle univarié. Les variables statistiquement associées à la qualité de la stadification ont ensuite été incluses dans un modèle de régression logistique. Les courbes de survie, en fonction de la voie d'abord chirurgicale, ont été comparées. Les données ont été saisies et analysées avec les logiciels SPPS 7.5 et STATA 8. Une valeur de p <0,05 a été considérée comme statistiquement significative.

Résultats

Cent dix-huit dossiers ont été inclus. Quarante-huit patientes (41%) ont été opérées par coelioscopie, 54 (45%) par laparotomie et 16 (14%) ont nécessité une laparoconversion. Un traitement conservateur a été retenu dans 57% des cas. Il était significativement plus fréquent pour les coelioscopies par rapport aux laparotomies (p <0,05) et chez les femmes plus âgées (p <0,001). Une rupture peropératoire de la tumeur est survenue dans 9% des cas, sans variation significative avec le type d'abord chirurgical (p =0,1). Lors des coelioscopies, un sac a été utilisé pour l'extraction de la pièce dans 19/48 cas (40%). La majorité des patientes (73%) a eu une stadification incomplète. En analyse univariée, une annexectomie bilatérale, et dans une moindre mesure l'âge supérieur à 44 ans, l'abord par laparotomie, une hystérectomie et l'année de traitement (>1995) exerçaient un effet positif sur la réalisation d'une stadification au moins partielle. L'analyse multivariée montrait que l'année de traitement, la réalisation d'une annexectomie bilatérale ou d'une hystérectomie étaient prédictifs d'une stadification au moins partielle. Les courbes de survie ne montrent pas d'effet délétère évident de la coelioscopie.

Discussion et conclusion

Malgré une stadification plus souvent incomplète, cette étude ne montre pas d'effet négatif évident de la coelioscopie sur l'évolution des tumeurs frontières précoces de l'ovaire.

The full text of this article is available in PDF format.
Abstract
Objective

To assess the impact of the surgical route on the management and outcome of early borderline ovarian tumors (BOT).

Patients and methods

We have retrospectively analysed BOT operated on between January 1st 1985 and December 31st 2001. We included cases with clinical stages Ia to Ic. We compared the prevalence of deleterious acts according to the surgical access, as well as the quality of staging. Univariate and multivariate analysis assessed the impact of factors on quality of staging. Survival was also compared according to the initial surgical access. Data were computed and analysed using SPPS 7.5 and STATA 8.

Results

118 cases have been included, 48 (41%) have been operated on by laparoscopy, 54 (45%) by laparotomy and 16 (14%) had a conversion. A conservative treatment has been done in 57% of patients, with increased frequency in case of laparoscopy (P <0.05) and in aged patients (P <0.001). A tumor rupture occurred in 9% of cases, without difference between accesses (P =0.1). A bag was used for the specimen delivery in only 40% of cases of laparoscopy. Most of patients (73%) had an incomplete staging. Year of treatment, and a radical treatment were associated with a better staging. Survival curves showed no detrimental effect of laparoscopy.

Discussion and conclusion

Despite an incomplete staging, this series does not show any detrimental effect of laparoscopy on the outcome of early BOT.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Tumeur frontière de l'ovaire (TOF), Coelioscopie, Laparotomie, Stadification

Keywords : Borderline ovarian tumor (BOT), Laparoscopy, Laparotomy, Staging




© 2007  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.