Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 30,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    7 2 0 0


Revue du rhumatisme
Volume 79, n° 3
pages 215-221 (mai 2012)
Doi : 10.1016/j.rhum.2011.12.005
accepted : 28 June 2011
Implication rénale subclinique dans la vascularite cryoglobulinémique essentielle et la périartérite noueuse classique
 

Tamer A. Gheita a, , Nermeen A. Khairy a, Mohamed Nasr-Allah b, Hani Hussein c
a Département de rhumatologie, faculté de médecine, université du Caire, Caire, Egypte 
b Département de médecine interne, unité de néphrologie, faculté de médecine, université du Caire, Caire, Egypte 
c Département de pathologie chimique, faculté de médecine, université du Caire, Caire, Egypte 

Auteur correspondant.
Résumé
Objectif

La vascularite rénale est habituellement associée à des auto-anticorps anti-cytoplasme des neutrophiles (ANCAs). Cependant, les patients ne présentant pas d’ANCAs constituent une catégorie de vascularite rénale rarement étudiée. L’objectif de cette étude était de mettre en évidence des implications rénales caractéristiques chez des patients atteints de vascularites systémiques primaires non associées à des ANCAs (VNAA) et parmi eux, de comparer les vascularites cryoglobulinémiques essentielles (VCE) avec les périartérites noueuses (PAN) classiques.

Méthodes

L’étude incluait trente patients atteints de VNAA. Quinze patients étaient atteints de VCE et les quinze autres étaient atteints de PAN classiques. Les patients ont été recrutés dans les départements de rhumatologie, de médecine interne et du service des consultations externes des hôpitaux universitaires du Caire. Les patients n’avaient pas ou peu d’implications rénales à l’entrée, et les ANCAs étaient négatifs lors de test Elisa ou par immunofluorescence. Une biopsie rénale a été réalisée chez tous les patients avec une analyse histopathologique.

Résultats

Des anomalies rénales ont été observées dans les biopsies de six femmes. Une patiente atteinte de PAN montrait une vascularite rénale et une glomérulonéphrite membrano-proliférative (GNMP). Elle avait des anticorps anti-nucléaire (ANA) et était positive pour le virus de l’hépatite B (VHB), mais n’avait pas de cryoglobulines et était négative pour le virus de l’hépatite C (VHC). Les cinq autres patientes, atteintes de VCE associées à une infection par le VHC, avaient également des anomalies rénales. L’une avait une néphrite interstitielle chronique et était positive pour le VHB, les quatre autres patientes étaient négatives pour le VHB. Parmi les quatre patientes, deux d’entre elles étaient atteintes d’une GNMP, les deux autres étant atteintes d’une glomérulonéphrite proliférative focale ou d’une glomérulonéphrite à croissants épithéliaux.

Conclusions

Une meilleure compréhension des manifestations des vascularites systémiques est susceptible de servir de base pour l’usage de thérapies immunomodulatrices plus sélectives dans le futur. Nous espérons que cette étude fera prendre conscience des implications rénales dans les vascularites non associées aux ANCAs.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Rénale, Non ANCA, PAN, Cryoglobulinémie, Vascularites



 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais la référence anglaise de Joint Bone Spine (doi:10.1016/j.jbspin.2011.06.009).



© 2011  Société Française de Rhumatologie@@#104156@@