Figure 2



Figure 2 : 

Méthodologie et résultats du calcul du TTIH par la méthode des potentiels évoqués : a : enregistrements EEG effectués avec un système d’acquisition à 64 électrodes. Les cercles bleus et rouges représentent les localisations des deux électrodes d’intérêt pour le calcul du TTIH que sont P3 et P4 (cortex pariétal gauche et droit, respectivement) ; b : topographies après stimulation de l’hémichamp visuel droit de −100ms avant à 210ms après la stimulation chez les droitiers OD droit. De manière qualitative, ces topographies mettent en évidence la présence d’un transfert interhémisphérique se déroulant aux alentours de 160ms (négativité en bleu) depuis l’hémisphère controlatéral (ici gauche) vers l’hémisphère ispilatéral à la stimulation (ici droit) ; c : moyenne des ondes enregistrées sur P3 (en bleu) et P4 (en rouge) chez les droitiers OD droit ou OD gauche dans les deux conditions expérimentales (stimulation dans le champ visuel controlatéral [CVC] ou ispilatéral [CVI] à l’OD). Le décalage temporel entre les pics N160 (déflection la plus négative aux alentours de 160ms) enregistrés sur les électrodes placées en regard des hémisphères controlatéral et ipsilatéral à la stimulation permet d’estimer précisément le TTIH ; d : quantification des TTIH. Les résultats montrent que le temps de transfert interhémisphérique est strictement dépendant de la DO avec un TTIH plus rapide de l’hémisphère ipsilatéral vers l’hémisphère controlatéral à l’OD (barre noire) que dans le sens inverse (barre grise). Les barres d’erreur représentent les écart-types des moyennes et les astérisques montrent un effet significatif (p <0,05).