Médecine

Paramédical

Autres domaines

Índice EMC Démo

Prise en charge initiale des enfants victimes de mauvais traitements - 31/10/15

[24-320-A-10]  - Doi : 10.1016/S1241-8234(15)75922-5 
C. Rey-Salmon a,  : Pédiatre des hôpitaux, médecin légiste, C. Adamsbaum b : Professeur de radiologie, chef du service de radiologie pédiatrique
a Unité médico-judiciaire de l'Hôtel-Dieu (AP-HP), 1, place du Parvis-Notre-Dame, 75000 Paris, France 
b Faculté de médecine Paris Sud, CHU de Bicêtre (AP-HP), 78, avenue du Général-Leclerc, 94270 Le Kremlin-Bicêtre, France 

Auteur correspondant.

Resumen

Les enfants en danger regroupent les enfants maltraités (violences physiques, psychologiques, agressions sexuelles et/ou négligences lourdes) et en risque de maltraitance. La maltraitance physique chez les enfants de moins de 2 ans est dominée par le syndrome du bébé secoué, principale cause de décès dans ce contexte, et par le syndrome de Silverman (fractures multiples d'âges différents). Les ecchymoses constituent un excellent signe d'appel de maltraitance chez un bébé non autonome. Un point clé du diagnostic est l'histoire rapportée absente, fluctuante, incohérente ou discordante au sujet des lésions traumatiques observées. La moindre suspicion de maltraitance chez un nourrisson nécessite un bilan complet en imagerie (scanner cérébral, radiographies du squelette et échographie abdominale) et un fond d'œil. Tous les diagnostics différentiels doivent être éliminés. Les agressions sexuelles nécessitent des prélèvements rapides en milieu spécialisé. Les maltraitances psychologiques, la soumission chimique, les carences ou le syndrome de Münchhausen par procuration sont difficiles à reconnaître et nécessitent une approche pluridisciplinaire avec observation de l'enfant en milieu protégé. La cellule départementale de recueil et de traitement des informations préoccupantes (CRIP) a pour mission de traiter administrativement toute information préoccupante concernant les enfants en danger ou en risque de danger. Le signalement judiciaire permet au procureur de la République d'organiser en urgence la protection de l'enfant. Le secret professionnel est levé dans ce contexte puisque la non-assistance vise le fait de ne pas agir face à une situation de danger. Tout médecin doit protéger l'enfant à la moindre suspicion de mauvais traitements. L'indication d'hospitalisation est la règle absolue chez le nourrisson pour éviter le décès en cas de réitération des violences.

El texto completo de este artículo está disponible en PDF.

Mots-clés : Maltraitance, Agressions sexuelles, Syndrome de Münchhausen par procuration, Signalement, Information préoccupante


Esquema


© 2015  Elsevier Masson SAS. Reservados todos los derechos.
Añadir a mi biblioteca Eliminar de mi biblioteca Imprimir
Exportación

    Exportación citas

  • Fichero

  • Contenido

Artículo precedente Artículo precedente
  • Conduite à tenir devant une dyspnée aiguë obstructive de l'enfant
  • M. François
| Artículo siguiente Artículo siguiente
  • Douleurs abdominales aiguës non traumatiques de l'enfant
  • A. Martinot, S. Bontemps

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción.

¿Ya suscrito a este tratado ?

;

Mi cuenta


Declaración CNIL

EM-CONSULTE.COM se declara a la CNIL, la declaración N º 1286925.

En virtud de la Ley N º 78-17 del 6 de enero de 1978, relativa a las computadoras, archivos y libertades, usted tiene el derecho de oposición (art.26 de la ley), el acceso (art.34 a 38 Ley), y correcta (artículo 36 de la ley) los datos que le conciernen. Por lo tanto, usted puede pedir que se corrija, complementado, clarificado, actualizado o suprimido información sobre usted que son inexactos, incompletos, engañosos, obsoletos o cuya recogida o de conservación o uso está prohibido.
La información personal sobre los visitantes de nuestro sitio, incluyendo su identidad, son confidenciales.
El jefe del sitio en el honor se compromete a respetar la confidencialidad de los requisitos legales aplicables en Francia y no de revelar dicha información a terceros.