Médecine

Paramédical

Autres domaines


Suscribirse

Impact des recommandations du Groupe de recherche et d’information sur les ostéoporoses sur la prise en charge initiale de l’ostéoporose post-ménopausique - 19/07/20

Doi : 10.1016/j.rhum.2020.05.002 
Bernard Cortet a, , Christian Roux b, Sauveur Bendavid c, Laure Chapuis d, Gabriel Baron e, Baptiste Roux f, Thierry Thomas g
a Service de rhumatologie &EA4490, université de Lille, CHU de Lille, 59000 Lille, France 
b Service de rhumatologie, hôpital Cochin, 27, rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75014 Paris, France 
c Centre d’imagerie médicale JURAS, 75017, Paris, France 
d 38, boulevard Des Jacobins, 35500 Vitre, France 
e Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, Paris, France 
f FAST 4, immeuble inovation 3, 442, rue Georges-Besse, 30000 Nîmes, France 
g Inserm U1059, service de rhumatologie, université de Lyon-université Jean-Monnet, hôpital Nord, CHU de Saint-Étienne, Saint-Étienne, France 

Auteur correspondant.
En prensa. Pruebas corregidas por el autor. Disponible en línea desde el Sunday 19 July 2020

Résumé

Objectif

Le groupe de recherche et d’information sur les ostéoporoses (GRIO) et la Société française de rhumatologie (SFR) ont proposé en 2012 des recommandations de prise en charge de l’ostéoporose post-ménopausique pour lesquelles l’adhésion du corps médical n’est pas connue. Comparer, entre les années 2011 et 2014 (c’est-à-dire avant et après la parution des recommandations), le taux d’adéquation entre la prise en charge réalisée et celle recommandée chez des patientes atteintes d’ostéoporose post-ménopausique par les médecins généralistes et les rhumatologues. Le recueil des données a été effectué de manière rétrospective sous forme de cas patients via un cahier d’observation électronique.

Méthodes

L’étude a été conduite entre juillet 2016 et novembre 2017. Chaque investigateur devait idéalement recueillir 6 cas patients (3 cas patients pré recommandations au cours de l’année 2011, 3 cas patients post recommandations au cours de l’année 2014). Dans les situations où le FRAX était requis pour déterminer la stratégie, nous avons utilisé le FRAX avec densitométrie osseuse quand elle était disponible et sans densitométrie osseuse dans les autres cas.

Résultats

Un total de 163 médecins ont participé (107 généralistes et 56 rhumatologues). 588 patientes ont été incluses en milieu rhumatologique (302 pour l’année 2011 et 286 pour l’année 2014). Trois cent dix-neuf patientes suivies en médecine générale ont été incluses soit 164 patientes pour l’année 2011 et 155 pour l’année 2014. Leur âge moyen était de 69,2±9,6 ans. Leur indice de masse corporelle (IMC) était de 24,2±4,1kg/m2. 427 (47,1 %) avaient un antécédent de fracture de fragilité survenue après l’âge de 50 ans dont le siège était vertébral dans 55,5 % des cas et la hanche dans 13,8 % des cas. Il s’agissait majoritairement d’une fracture sévère (n=341, 81,1 %). Une densitométrie osseuse était disponible pour 740 patientes (81,6 %). Le T-score moyen au col fémoral était de −2,4±1. Chez les médecins généralistes et pour les patientes incluses en 2011, le taux d’adéquation entre la prise en charge réalisée et celle recommandée était de 64,0 %. Ce pourcentage n’était pas différent en 2014 (60,4 %, p=0,45). Chez les rhumatologues et pour les patientes incluses en 2011, le taux d’adéquation entre la prise en charge réalisée et celle recommandée était de 74,2 %. Ce pourcentage a augmenté pour les patientes incluses en 2014 (81,4 %, p=0,03). Les résultats n’étaient pas significativement différents si on limitait l’analyse aux seules patientes pour lesquelles le FRAX a été calculé en incluant la densitométrie osseuse. Il en était de même si on prenait en considération pour l’ensemble des patientes le FRAX sans inclure le résultat de la densitométrie osseuse.

Conclusion

Le taux d’adéquation entre la prise en charge réalisée et celle recommandée chez des patientes atteintes d’ostéoporose post-ménopausique a augmenté chez les rhumatologues entre 2011 et 2014 alors qu’il est resté stable en médecine générale. Gageons que les nouvelles recommandations de 2018 permettront y compris en médecine générale d’optimiser cette prise en charge.

El texto completo de este artículo está disponible en PDF.

Mots clés : Ostéoporose, Recommandations, FRAX, Densitométrie osseuse, Traitements anti-otéoporotiques, Rhumatologie, Médecine générale


Esquema


© 2020  Société Française de Rhumatologie. Publicado por Elsevier Masson SAS. Todos los derechos reservados.
Añadir a mi biblioteca Eliminar de mi biblioteca Imprimir
Exportación

    Exportación citas

  • Fichero

  • Contenido

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción.

¿Ya suscrito a @@106933@@ revista ?

;

Mi cuenta


Declaración CNIL

EM-CONSULTE.COM se declara a la CNIL, la declaración N º 1286925.

En virtud de la Ley N º 78-17 del 6 de enero de 1978, relativa a las computadoras, archivos y libertades, usted tiene el derecho de oposición (art.26 de la ley), el acceso (art.34 a 38 Ley), y correcta (artículo 36 de la ley) los datos que le conciernen. Por lo tanto, usted puede pedir que se corrija, complementado, clarificado, actualizado o suprimido información sobre usted que son inexactos, incompletos, engañosos, obsoletos o cuya recogida o de conservación o uso está prohibido.
La información personal sobre los visitantes de nuestro sitio, incluyendo su identidad, son confidenciales.
El jefe del sitio en el honor se compromete a respetar la confidencialidad de los requisitos legales aplicables en Francia y no de revelar dicha información a terceros.