Médecine

Paramédical

Autres domaines

Índice Suscribirse

Enjeux éthiques en neuroréanimation - 03/02/22

[36-695-A-10]  - Doi : 10.1016/S0246-0289(22)88816-2 
A. Baumann a : Praticien hospitalier, L. Puybasset b,  : Professeur des Universités, praticien hospitalier
a Département d'anesthésie réanimation-médecine périopératoire, Hôpital Bicêtre, AP-HP, Université Paris Saclay, 78 rue du Général-Leclerc, 94275 Le Kremlin-Bicêtre cedex, France 
b Département d'anesthésie-réanimation, Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, 47-83 bd de l'Hôpital, 75013 Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

La prise en charge du patient cérébrolésé grave à la phase aiguë pose des problèmes éthiques redoutables en raison de la spécificité de l'organe et de la difficulté du pronostic. Dans ces situations, l'application de la loi du 2 février 2016 et de l'article 37 du code de déontologie médicale est particulièrement difficile tant en ce qui concerne la prise en compte de l'expression anticipée de la volonté du patient et la délimitation de l'obstination déraisonnable que la prise en charge palliative. Une approche casuistique et une approche principiste (principes de Beauchamp et Childress : bienfaisance, non-malfaisance, autonomie et justice) spécifiques au patient cérébrolésé doivent se compléter pour contribuer à la prise de décisions. Concernant un éventuel arrêt des thérapeutiques actives, l'objectif est de pouvoir arrêter les traitements de supports vitaux sur la base d'une pronostication fiable et avant qu'ils ne soient plus nécessaires. Il faut donc développer la pronostication, qui reste très insuffisante actuellement (pas assez systématique, pas assez précoce), sans risquer de léser le patient ni la société. Il est maintenant bien établi que les patients sévèrement cérébrolésés présentant des troubles importants de la conscience peuvent souffrir. Cette souffrance passe souvent cliniquement inaperçue. En France, la loi du 2 février 2016 relative aux droits des patients et à la fin de vie dite « loi Claeys-Leonetti » et l'article 37 du code de déontologie médicale dans sa version du 3 août 2016 imposent une réponse adaptée à ce type de situation. Sauvegarder le meilleur intérêt du patient et garder la cohérence et la proportionnalité des soins sont les principes éthiques centraux tout au long de la prise en charge du patient sévèrement cérébrolésé.

El texto completo de este artículo está disponible en PDF.

Mots-clés : Neuroréanimation, Éthique, Cérébrolésé grave, Pronostic neurologique, Arrêt des thérapeutiques actives, Don d'organes, Maastricht 3


Esquema


© 2022  Elsevier Masson SAS. Reservados todos los derechos.
Añadir a mi biblioteca Eliminar de mi biblioteca Imprimir
Exportación

    Exportación citas

  • Fichero

  • Contenido

Artículo precedente Artículo precedente
  • Enjeux éthiques en réanimation de l'adulte
  • G. Bernardin
| Artículo siguiente Artículo siguiente
  • Enjeux éthiques en période néonatale
  • D. Mitanchez, I. de Montgolfier, L. Foix L'Hélias

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción.

¿Ya suscrito a este tratado ?

Mi cuenta


Declaración CNIL

EM-CONSULTE.COM se declara a la CNIL, la declaración N º 1286925.

En virtud de la Ley N º 78-17 del 6 de enero de 1978, relativa a las computadoras, archivos y libertades, usted tiene el derecho de oposición (art.26 de la ley), el acceso (art.34 a 38 Ley), y correcta (artículo 36 de la ley) los datos que le conciernen. Por lo tanto, usted puede pedir que se corrija, complementado, clarificado, actualizado o suprimido información sobre usted que son inexactos, incompletos, engañosos, obsoletos o cuya recogida o de conservación o uso está prohibido.
La información personal sobre los visitantes de nuestro sitio, incluyendo su identidad, son confidenciales.
El jefe del sitio en el honor se compromete a respetar la confidencialidad de los requisitos legales aplicables en Francia y no de revelar dicha información a terceros.