Médecine

Paramédical

Autres domaines

Índice Suscribirse

Inclusion dentaire (IV). Nouvelle classification médicochirurgicale odonto- stomatologique des dents incluses - 01/01/03

[23-400-A-19]
Carle Favre de Thierrens : Vice-doyen de la faculté d'odontologie de Montpellier, maître de conférences des Universités, praticien hospitalier en chirurgie buccale au CHU de Montpellier, praticien hospitalier odontologiste des hôpitaux publics au CHI de la sous-région sanitaire Sète-Agde-Bassin de Thau
Faculté d'odontologie de Montpellier, 545, avenue du Professeur-Jean-Louis-Viala, BP 4305, 34193 Montpellier cedex 5 France
Daniel Cantaloube : Agrégé du Val-de-Grâce, stomatologie et chirurgie maxillofaciale
Clinique Milan, 17, rue de Milan, 75009 Paris  France
Christian Delestan : Chef de service du service d'odontologie et prothèse maxillo-faciale du CHU de Nîmes
Praticien hospitalier odontologiste des hôpitaux publics au CHU de Nîmes, hôpital Caremeau, 5, rue Hoche, 30029 Nîmes cedex 4 France
Patrick Goudot : Chef de service du service de stomatologie et chirurgie maxillo-faciale du CHU de Montpellier, professeur des Universités, praticien hospitalier en stomatologie et chirurgie maxillo-faciale au CHU de Montpellier
Faculté de médecine de Montpellier, 2, rue de l'École de médecine, 34060 Montpellier cedex 2, France 
François Predine-Hug : Chef de service du centre de soins, d'enseignement et de recherches dentaires du CHU de Brest, professeur des Universités, praticien hospitalier en chirurgie buccale au CHU de Brest
Faculté d'odontologie de Brest, 1, rue Auguste Le Faux, 29008  Brest  France
Jacques-Henri Torres : Professeur des Universités, praticien hospitalier en chirurgie buccale au CHU de Montpellier, président de la commission scientifique de la société francophone de médecine buccale et chirurgie buccale
Faculté d'odontologie de Montpellier. 545, avenue du Professeur Jean-Louis Viala, BP 4305, 34193 Montpellier cedex 5 France
fr

Resumen

L'appellation générique « dents incluses », au sens large, correspond à une entité clinique à part entière, qui regroupe différents diagnostics anatomocliniques, comme autant de sous-entités, s'appuyant sur une sémiologie variée. Son cadre nosologique est résumé par un ensemble de définitions complémentaires, dont les définitions de la classification odontostomatologique des dents incluses (rappelées dans les articles intitulés « L'inclusion dentaire : aspects biologiques, odontogéniques, physiologiques et pathologiques de l'inclusion dentaire », d'une part ; et, « Aspects physiopathologiques, étiopathogéniques, paléo-odontologiques, épidémiologiques et médicolégaux de l'inclusion dentaire », d'autre part, des mêmes auteurs [44, 50]), complétées par les précisions qu'apportent différentes classifications internationales (rapportées dans l'article intitulé « Les dents incluses, au sens large : nosogénie, sémiologie clinique et rapports anatomocliniques ; classifications internationales des dents incluses en Santé publique », des mêmes auteurs [48]). Mais leur signification selon les différentes interprétations internationales n'est toujours pas, en 2003, totalement en adéquation. Par une méthodologie comparative des données, à condition que leur validité puisse être attestée et retenue si elles sont fondées sur la sémiologie et/ou sur les rares preuves fondamentales à disposition sur le sujet, et par une formalisation rigoureuse, la contribution qu'apporte l'analyse nosologique transversale des données permet de tendre vers une homogénéisation des significations proposées, voire d'approcher une uniformisation des termes qualifiant l'ensemble des dents incluses et de leurs définitions. Ce, afin que les futurs travaux de recherche sur la question puissent se comparer, en faisant référence aux mêmes bases de départ, ce qui est, à ce jour, rarement possible. Les résultats de l'analyse conduisent à proposer les bases d'une nouvelle classification odontostomatologique nosographique des différentes modalités anatomocliniques et physiopathologiques des dents incluses (reprenant plus précisément la Classification internationale des maladies de l'OMS), et des différentes modalités thérapeutiques correspondantes, s'inscrivant dans l'esprit de la nouvelle Classification commune des actes médicaux, pour une évaluation diagnostique et une prise en charge thérapeutique au plus près de la réalité clinique observable et radiologiquement identifiable.



"Palabras clave" : dent incluse, dent retenue, dent enclavée, dent ectopique, dent de sagesse, germe dentaire, inclusion dentaire

Esquema

fr

© 2003  Elsevier SAS. Reservados todos los derechos.

Añadir a mi biblioteca Eliminar de mi biblioteca Imprimir
Exportación

    Exportación citas

  • Fichero

  • Contenido

Artículo precedente Artículo precedente
  • Inclusion dentaire (III). Dents incluses, au sens large. Nosogénie, sémiologie clinique et rapports anatomocliniques. Classifications internationales des dents incluses en Santé publique
  • Carle Favre de Thierrens, Pierre Geider, Philippe Gibert, Christophe Raynaud
| Artículo siguiente Artículo siguiente
  • Techniques anesthésiques chez les enfants et les adolescents
  • J.-L. Sixou, A. Marie-Cousin

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción.

¿Ya suscrito a este tratado ?

Mi cuenta


Declaración CNIL

EM-CONSULTE.COM se declara a la CNIL, la declaración N º 1286925.

En virtud de la Ley N º 78-17 del 6 de enero de 1978, relativa a las computadoras, archivos y libertades, usted tiene el derecho de oposición (art.26 de la ley), el acceso (art.34 a 38 Ley), y correcta (artículo 36 de la ley) los datos que le conciernen. Por lo tanto, usted puede pedir que se corrija, complementado, clarificado, actualizado o suprimido información sobre usted que son inexactos, incompletos, engañosos, obsoletos o cuya recogida o de conservación o uso está prohibido.
La información personal sobre los visitantes de nuestro sitio, incluyendo su identidad, son confidenciales.
El jefe del sitio en el honor se compromete a respetar la confidencialidad de los requisitos legales aplicables en Francia y no de revelar dicha información a terceros.