Médecine

Paramédical

Autres domaines


Suscribirse

Pratique de l'antifongigramme dans 62 hôpitaux français - 01/01/05

Doi : 10.1016/j.mycmed.2005.09.001 
V. Blanc a, , O. Eloy b, R. Sanchez c, M. Mallié d

Collège de Bactériologie Virologie Hygiène (ColBVH)

a Laboratoire, centre hospitalier d'Antibes Juan-les-Pins, 06606 Antibes cedex, France 
b Service de microbiologie, hôpital André-Mignot, 177, rue de Versailles, 78157 Le Chesnay, France 
c Laboratoire, centre hospitalier de Périgueux, 80, avenue Georges-Pompidou, 24000 Périgueux, France 
d Laboratoire de parasitologie et de mycologie médicale, faculté de Pharmacie, 15, avenue Charles-Flahault, 34093 Montpellier, France 

*Auteur correspondant.

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción.

páginas 14
Iconografías 8
Vídeos 0
Otros 0

Résumé

Objectif. - Le développement de nouveaux antifongiques a élargi les possibilités thérapeutiques et en conséquence créé une demande de tests de sensibilité de la part des cliniciens. Cela a remis à l'ordre du jour, tout particulièrement pour les biologistes non spécialisés, les questions de fiabilité, de pertinence et de modalités de réalisation de l'antifongigramme (ATF). Du fait de l'existence de plusieurs méthodes, commercialisées ou non, permettant de réaliser un ATF, les microbiologistes du Collège de bactériologie virologie hygiène (ColBVH) ont souhaité engager une réflexion sur ce thème et réaliser une évaluation des pratiques au sein du groupe. Les résultats de l'enquête effectuée à l'aide d'un formulaire de questions sont présentés dans ce travail.

Matériel et méthodes. - Le ColBVH est un réseau de 209 microbiologistes, répartis dans 193 hôpitaux non universitaires couvrant géographiquement l'ensemble du territoire français. Une enquête rétrospective, portant sur l'année 2002, a été proposée aux membres du réseau afin d'évaluer l'activité de mycologie au sein de la microbiologie, la quantité d'ATF réalisés, leurs indications, les méthodes utilisées, les molécules testées, l'interprétation des résultats, les difficultés et les attentes des microbiologistes concernant cette partie de leur activité.

Résultats. - Parmi les hôpitaux du ColBVH, 62/193, (32 %) ont répondu à l'enquête, ce qui représente environ 40 000 lits. L'activité mycologique est variable d'un centre à l'autre. En moyenne, les isolements fongiques représentent 10,8 % des isolements microbiens, et les ATF représentent 2 % des études de sensibilité ; l'ATF est pratiqué dans 11,3 % des cas, contre 68,4 % des cas pour l'antibiogramme (ATB), soit en moyenne 82 ATF par hôpital en 2002. Trente-huit pour cent des répondants ne réalisent pas d'ATF dans leur laboratoire : 26 % les transmettent à un laboratoire spécialisé, 12 % n'en pratiquent jamais. Parmi les 88 % de répondants qui pratiquent ou transmettent au moins un ATF par an, les espèces testées appartiennent essentiellement au genre Candida. L'ATF est effectué en fonction de divers critères biologiques ou cliniques variés, souvent à la demande du clinicien. Les méthodes les plus utilisées sont l'ATB Fungus® bioMérieux (56 %) et le Etest® AB Biodisk (41 %), ou une combinaison de deux ou plusieurs méthodes (38 %), conditionnant le choix des antifongiques testés en première intention : amphotéricine B dans 93 % des cas, fluconazole dans 49 % des cas. Les résultats sont interprétés en sensible-intermédiaire-résistant dans 98 % des cas. Un contrôle de qualité est utilisé, à intervalles réguliers, par 31 % des laboratoires. Seules les souches issues d'hémocultures sont conservées par la majorité des centres. Quatre-vingt-quinze pour cent des répondants sont fortement demandeurs de recommandations consensuelles concernant les indications, la réalisation et l'interprétation de l'ATF et 98 % sont disposés à participer, de diverses façons, à un travail au sein du ColBVH sur ce thème.

Conclusion. - Cette étude a permis d'objectiver les pratiques au niveau de la fréquence de réalisation, des indications, des modalités techniques et de l'interprétation de l'ATF en France dans les hôpitaux non universitaires du réseau ColBVH en 2002. Des disparités de pratiques ont été notées et un sentiment d'incompétence s'est exprimé. Une grande majorité de biologistes étaient fortement demandeurs de recommandations consensuelles et de propositions techniques leur permettant de répondre de façon pertinente en routine, à la demande croissante des cliniciens concernant les tests de sensibilité aux antifongiques. Des évolutions techniques et un certain nombre de recommandations sont disponibles depuis la période de cette enquête, mais l'ATF est un sujet qui retient toujours autant l'intérêt des biologistes et des cliniciens dans les hôpitaux du ColBVH.

El texto completo de este artículo está disponible en PDF.

Abstract

Objective. - With the recent development and introduction into clinical practice of several new antifungal drugs, the interest in and need for antifungal susceptibility testing (ATF) has increased. Performance, clinical relevance and methodology of ATF are the main issues faced by unspecialised biologists. As numerous commercial and in-house methods for ATF are available, microbiologists belonging to the College de Bactériologie Virologie Hygiène des Hôpitaux (ColBVH study group) identified a priority need for evaluation of practices in this field of their activity. Results of the survey conducted with this objective are presented in this work.

Materials and methods. - The ColBVH study group is a broad network of 209 microbiologists from 193 non-teaching hospitals that are distributed evenly throughout France and representative of French general hospitals. A questionnaire was sent to each participant to estimate practices in mycology, with special interest in the number of ATF performed in 2002, indications, methods used, drugs tested, interpretation, and finally, the difficulties that the microbiologists face with respect to ATF.

Results. - Within the ColBVH study group, 62/193 (32%) of the hospitals participated in the survey representating around 40 000 hospital beds. Variability of mycologic activity was observed. Among the infectious agents isolated, an average of 10.8% was fungal; among antimicrobial susceptibility tests, 2% were ATF. Susceptibility testing was performed on 11.3% of fungal isolates versus 68.4% of bacterial isolates. Each hospital performed an average of 82 ATF in 2002. 38% of the laboratories do not perform antifungal susceptibility testing of whom 26% send the tests to a specialised laboratory and 12% never perform tests. Within the 88% of those who perform or outsource at least 1 ATF per year, mainly yeasts from the genus Candida were tested. Different biological and clinical criteria are considered by biologists before deciding whether to perform ATF or not. A request from the physician in charge of the patient often influences the decision. Frequently used methods are ATB fungus® bio Mérieux (56%) and Etest® AB Biodisk (41%) or a combination of two or more methods (38%). Amphotericin B is first-line routinely tested in 93% of the cases, versus fluconazole in 49% of the cases. Interpretative categorisation of results -Susceptible/Intermediate/Resistant - is performed in 98% of cases. Quality control is performed by 31% of the laboratories from time to time. Only strains from bloodcultures are stored by the majority of laboratories. 95% of the microbiologists need consensual guidelines for all the problems encountered with ATF: approved indications, technical implementation, interpretative breakpoints; 98% of the microbiologists would like to participate, in some way, in prospective work in this area of microbiology within the ColBVH study group.

Conclusion. - This study provide an overview of quantity, indications, technical implementations and interpretation of ATF in French general hospitals belonging to the ColBVH study group in 2002. Variability of practices was evidenced and a lack of competence was observed. In 2002, faced with increased demands from physicians, microbiologists expressed a strong deire for consensual policies, as well as for easy to perform and clinically relevant ATF methods. Since then, technical progresses has been made and some guidelines have become available, but ATF remains an area of intense interest for both biologists and physicians in the ColBVH study group hospitals.

El texto completo de este artículo está disponible en PDF.

Mots clés : Sensibilité in vitro aux antifongiques, Enquête multicentrique, Hôpitaux, Candida, France

Keywords : Antifungal susceptibility testing, Multicentric survey, Hospitals, Candida, France


Esquema


© 2005  Elsevier SAS. Reservados todos los derechos.
Añadir a mi biblioteca Eliminar de mi biblioteca Imprimir
Exportación

    Exportación citas

  • Fichero

  • Contenido

Vol 15 - N° 4

P. 197-210 - décembre 2005 Regresar al número
Artículo precedente Artículo precedente
  • Editorial Board
| Artículo siguiente Artículo siguiente
  • Activité antifongique d'une souche d'Actinomadura d'origine saharienne sur divers champignons pathogènes et toxinogènes
  • B. Badji, A. Riba, F. Mathieu, A. Lebrihi, N. Sabaou

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción.

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
La compra de artículos no está disponible en este momento.

¿Ya suscrito a @@106933@@ revista ?

Mi cuenta


Declaración CNIL

EM-CONSULTE.COM se declara a la CNIL, la declaración N º 1286925.

En virtud de la Ley N º 78-17 del 6 de enero de 1978, relativa a las computadoras, archivos y libertades, usted tiene el derecho de oposición (art.26 de la ley), el acceso (art.34 a 38 Ley), y correcta (artículo 36 de la ley) los datos que le conciernen. Por lo tanto, usted puede pedir que se corrija, complementado, clarificado, actualizado o suprimido información sobre usted que son inexactos, incompletos, engañosos, obsoletos o cuya recogida o de conservación o uso está prohibido.
La información personal sobre los visitantes de nuestro sitio, incluyendo su identidad, son confidenciales.
El jefe del sitio en el honor se compromete a respetar la confidencialidad de los requisitos legales aplicables en Francia y no de revelar dicha información a terceros.