Médecine

Paramédical

Autres domaines

Índice EMC Démo Suscribirse

Radiothérapie du cancer du rectum et du canal anal - 31/12/13

[9-084-A-40]  - Doi : 10.1016/S1155-1968(13)62919-3 
C. Hennequin , L. Quero
 Service de cancérologie-radiothérapie, Hôpital Saint-Louis, 1, avenue Claude-Vellefeaux, 75475 Paris, France 

Auteur correspondant.

Article en cours de réactualisation

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción o una compra individual.

páginas 9
Iconografías 2
Vídeos 0
Otros 1

Resumen

La radiothérapie joue un rôle important dans ces deux pathologies. Dans le cancer du rectum, plusieurs essais randomisés ont démontré qu'elle diminuait le taux de récidive locale et améliorait la survie. Le bénéfice se maintient même en cas d'exérèse du mésorectum. La radiothérapie est mieux tolérée et plus efficace quand elle est réalisée en préopératoire. Deux schémas ont été utilisés : un schéma court (5×5 Gy) et un schéma long (45-50 Gy en fractionnement classique). Chacun a ses avantages et ses inconvénients. Les patients présentant une tumeur du bas rectum doivent bénéficier du schéma long, qui augmente la régression tumorale et la possibilité d'un traitement conservateur. La chimioradiothérapie concomitante par 5-fluoro-uracile (5-FU) ou capécitabine augmente le contrôle local mais sans impact sur la survie. L'adjonction d'oxaliplatine n'augmente pas de manière significative le taux de réponses complètes histologiques. Avec cette stratégie, le taux de récidive locale est maintenant inférieur à 10 % ; le principal problème est celui des métastases présentes chez 25 à 30 % des patients, qui réclame des essais spécifiquement conçus pour un objectif de survie. Dans le cancer du canal anal, la chimioradiothérapie concomitante par 5-FU et mitomycine C est actuellement le traitement de référence. Le cisplatine ne fait pas mieux que la mitomycine C et est moins bien toléré. L'irradiation en modulation d'intensité diminue la toxicité aiguë mais nécessite une grande rigueur dans la délinéation des volumes cibles. Les patients séropositifs pour le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) doivent de nos jours recevoir le même traitement que les patients séronégatifs.

El texto completo de este artículo está disponible en PDF.

Mots-clés : Radiothérapie, Cancer du rectum, Cancer du canal anal


Esquema


© 2013  Elsevier Masson SAS. Reservados todos los derechos.
Añadir a mi biblioteca Eliminar de mi biblioteca Imprimir
Exportación

    Exportación citas

  • Fichero

  • Contenido

Artículo precedente Artículo precedente
  • Imagerie des tumeurs du rectum et du canal anal
  • C. Dromain
| Artículo siguiente Artículo siguiente
  • Traitement des métastases hépatiques de cancer du côlon et du rectum
  • L. Ricca, E. Vibert

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción o una compra individual.

El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción o una compra individual

¿Ya suscrito a este tratado ?

;

Mi cuenta


Declaración CNIL

EM-CONSULTE.COM se declara a la CNIL, la declaración N º 1286925.

En virtud de la Ley N º 78-17 del 6 de enero de 1978, relativa a las computadoras, archivos y libertades, usted tiene el derecho de oposición (art.26 de la ley), el acceso (art.34 a 38 Ley), y correcta (artículo 36 de la ley) los datos que le conciernen. Por lo tanto, usted puede pedir que se corrija, complementado, clarificado, actualizado o suprimido información sobre usted que son inexactos, incompletos, engañosos, obsoletos o cuya recogida o de conservación o uso está prohibido.
La información personal sobre los visitantes de nuestro sitio, incluyendo su identidad, son confidenciales.
El jefe del sitio en el honor se compromete a respetar la confidencialidad de los requisitos legales aplicables en Francia y no de revelar dicha información a terceros.