Médecine

Paramédical

Autres domaines


Suscribirse

Épidémiologie des candidémies en réanimation : étude observationnelle rétrospective au CHU de la Martinique (2001–2013) - 05/06/15

Doi : 10.1016/j.mycmed.2015.02.027 
Yohann Le Govic a, , Charline Miossec b, Christophe Courdurié b, Hossein Mehdaoui c, Nicole Desbois b
a Laboratoire de parasitologie-mycologie, institut de biologie en santé, CHU d’Angers, 4, rue Larrey, 49933 Angers cedex 9, France 
b Unité de parasitologie-mycologie, pôle de biologie de territoire-pathologie, hôpital Pierre-Zobda-Quitman, CHU de Martinique, BP 632, 97261 Fort-de-France cedex, Martinique 
c Service de réanimation médicale et chirurgicale, hôpital Pierre-Zobda-Quitman, CHU de Martinique, BP 632, 97261 Fort-de-France cedex, Martinique 

Auteur correspondant.

Resumen

Objectif

Préciser la répartition et la sensibilité des souches de levures isolées d’hémocultures de patients hospitalisés dans le service de réanimation du CHU de la Martinique sur la période 2001–2013.

Méthode

Analyse rétrospective des résultats de l’ensemble des candidémies (et levures apparentées) diagnostiquées au laboratoire de microbiologie entre le 1er janvier 2001 et le 31 décembre 2013. Identification à l’espèce basée sur des caractères morphologiques et biochimiques. Sensibilité aux antifongiques déterminée par comparaison des CMI obtenues par bandelette E-test (bioMérieux) vis-à-vis des concentrations critiques actuellement définies par l’EUCAST et le CLSI, lorsque disponibles.

Résultats

Cent trente-deux souches de levures correspondant à 128 épisodes septiques (moy. 9,8/an) furent isolées chez 121 patients. Candida albicans était l’espèce la plus prévalente (n=40 ; 30,3 %), suivie de C. tropicalis (n=30 ; 22,7 %), C. parapsilosis (n=24 ; 18,2 %), C. glabrata (n=17 ; 12,9 %), C. haemulonii (n=13 ; 9,8 %) et S. cerevisiae (n=5 ; 3,8 %). Candida krusei, C. dubliniensis et T. asahii furent chacune impliquées dans un épisode septique (0,8 %). La proportion de souches fluconazole-R ou SDD était de 6,1 %, 9,1 % et 13,6 % pour C. albicans, C. tropicalis et C. parapsilosis, respectivement, tandis que 76,9 % des souches de C. haemulonii présentaient une CMI élevée au fluconazole (>2μg/mL). Tous les isolats de C. albicans et C. tropicalis étaient sensibles au voriconazole contre 95 % des souches de C. parapsilosis, tandis que 91,7 % des souches de C. glabrata étaient considérées comme « sauvages » (CMIECOFF). Le pourcentage de résistance à la caspofungine était de 0 %, 3,6 % et 12,5 % pour C. tropicalis, C. albicans, C. parapsilosis, respectivement ; une proportion importante de C. glabrata (66,7 %) présentait une CMI supérieure au breakpoint défini par le CLSI. Enfin, toutes les souches étaient sensibles à l’amphotéricine B hormis la majorité des isolats de C. haemulonii (84,6 % avaient une CMI>2μg/mL).

Discussion

Nos résultats soulignent la fréquence ainsi que les particularités épidémiologiques des candidémies survenues dans notre service de réanimation ces 13 dernières années. La part belle est faite aux levures autres que C. albicans (∼70 % contre 43 % dans l’étude AMARCAND), notamment C. tropicalis, C. glabrata, C. parapsilosis et la levure émergente C. haemulonii. Cette dernière, conformément à la littérature, présente des CMI souvent très élevées pour l’amphotéricine B et le fluconazole. La fréquence de CMI élevées de C. glabrata à la caspofungine nous interpelle quant à sa capacité à prédire la sensibilité aux échinocandines.

Conclusion

Cette étude met l’accent sur l’originalité des candidémies à la Martinique. Le rôle du laboratoire reste primordial dans leur prise en charge. Cela passe en priorité par une identification correcte des isolats afin d’orienter les cliniciens dans leur choix thérapeutique dans l’attente des résultats de l’antifongigramme.

El texto completo de este artículo está disponible en PDF.

Esquema


© 2015  Publicado por Elsevier Masson SAS.
Añadir a mi biblioteca Eliminar de mi biblioteca Imprimir
Exportación

    Exportación citas

  • Fichero

  • Contenido

Vol 25 - N° 2

P. e106-e107 - juin 2015 Regresar al número
Artículo precedente Artículo precedente
  • Pseudomonas aeruginosa manipulates redox and iron homeostasis of its microbiota partner Aspergillus fumigatus via phenazines
  • Benoit Briard, Perrine Bomme, Beatrix Lechner, Gaëtan Mislin, Virginie Lair, Marie-Christine Prévost, Jean-Paul Latgé, Hubertus Haas, Anne Beauvais
| Artículo siguiente Artículo siguiente
  • Étude comparative in vivo de la virulence de Candida africana et de C. albicans stricto sensu
  • Fabrice Pagniez, Paloma Jimenez-Gil, Aude Mancia, Patrice Le Pape

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción o una compra individual.

¿Ya suscrito a @@106933@@ revista ?

;

Mi cuenta


Declaración CNIL

EM-CONSULTE.COM se declara a la CNIL, la declaración N º 1286925.

En virtud de la Ley N º 78-17 del 6 de enero de 1978, relativa a las computadoras, archivos y libertades, usted tiene el derecho de oposición (art.26 de la ley), el acceso (art.34 a 38 Ley), y correcta (artículo 36 de la ley) los datos que le conciernen. Por lo tanto, usted puede pedir que se corrija, complementado, clarificado, actualizado o suprimido información sobre usted que son inexactos, incompletos, engañosos, obsoletos o cuya recogida o de conservación o uso está prohibido.
La información personal sobre los visitantes de nuestro sitio, incluyendo su identidad, son confidenciales.
El jefe del sitio en el honor se compromete a respetar la confidencialidad de los requisitos legales aplicables en Francia y no de revelar dicha información a terceros.