Médecine

Paramédical

Autres domaines


Suscribirse

Infections invasive à Trichosporon : étude rétrospective française sur 10 ans (2004–2013) - 31/08/15

Doi : 10.1016/j.mycmed.2015.06.028 
Christophe Hennequin a, , Joao Nobrega de Almeida b
et le

groupe d’études de la SFMMc

a AP–HP, hôpital Saint-Antoine, service de parasitologie-mycologie, 75012 Paris, France 
b Laboratory of Medical Mycology–LIM53, Hospital das Clínicas FMUSP, Instituto de Medicina Tropical, Universidade de São Paulo, São Paulo, Brésil 
c Groupe d’études de la SFMM mentionné oralement, France 

Auteur correspondant.

Resumen

Objectifs

Les infections invasives à Trichosporon sont rares. Afin de mieux décrire les caractéristiques épidémiologiques, cliniques, diagnostiques et thérapeutiques, la SFMM a entrepris de colliger rétrospectivement les cas d’infection invasive à Trichosporon diagnostiqués en France sur une période de 10ans.

Matériels et méthodes

Un questionnaire comprenant la description du contexte clinique, des signes cliniques, des modalités de diagnostic et de prise en charge thérapeutique a été adressé à 47 centres hospitaliers français. Seules les infections prouvées et probables ont été incluses.

Résultats

Une réponse a été obtenue auprès de 39 centres. Cinquante-cinq cas ont été déclarés par 23 centres. Les questionnaires ont été complétés pour 53 observations.

L’âge moyen des patients était de 41±25ans avec un sex-ratio de 1. Les hémopathies étaient la pathologie sous-jacente la plus commune (51 %), suivi par un geste chirurgical dans le mois précédant l’infection fongique (18 %). Quarante-sept pour cent des patients étaient neutropéniques au moment du diagnostic et 80 % d’entre eux étaient porteurs d’un cathéter. Trente et un pour cent présentaient une insuffisance rénale. Un traitement par corticoïdes et/ou immunosuppresseur était en cours dans 25 et 27 % des cas. Un traitement antibiotique avait été reçu dans 81 % des cas. La fièvre était le symptôme le plus fréquent (92 %) suivi des manifestations pulmonaires (38 %), hépatiques (32 %) et cutanées (28 %). Le diagnostic était porté en premier lieu par la positivité des hémocultures (95 %) suivi par les prélèvements cutanés (35 %) puis pulmonaires (31 %). L’identification de la souche était obtenue majoritairement par galerie biochimique (88 %). Une identification spectrométrique et moléculaire avait été effectuée dans 24 et 22 % des cas, respectivement. Trichosporon asahii était identifié comme l’espèce causale dans 78 % des cas. Une autre infection fongique invasive était associée dans 26 % des cas. Trente-sept pour cent des patients étaient sous antifongiques au moment du diagnostic, dans 84 % de la caspofungine. Le traitement antifongique a fait appel en premier lieu à du voriconazole (52 %) puis du fluconazole (40 %). La mortalité globale était de 67 % à j15.

Conclusion

Il s’agit de la plus importante série d’infection invasive à Trichosporon. Les données recueillies permettent de mieux cerner les caractéristiques de ces infections.

El texto completo de este artículo está disponible en PDF.

Esquema


© 2015  Publicado por Elsevier Masson SAS.
Añadir a mi biblioteca Eliminar de mi biblioteca Imprimir
Exportación

    Exportación citas

  • Fichero

  • Contenido

Vol 25 - N° 3

P. 229 - septembre 2015 Regresar al número
Artículo precedente Artículo precedente
  • Caractérisation microbiologique de 3193 logements français des enfants de la cohorte ELFE
  • Gabriel Reboux, Steffi Rocchi, Victor Frossard, Emeline Scherer, Benoit Valot, Audrey Laboissière, Mallory Vacheyrou, François Gillet, Sandrine Roussel, Chantal Raherison, Laurence Millon, groupe Elfe
| Artículo siguiente Artículo siguiente
  • Les rhinosinusites fongiques à l’hôpital militaire de Rabat
  • El-Houcine Sebbar, Lamiae Naha, Karim Nador, Maryem Iken, Fouad Benariba, Badre Eddine Lmimouni

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción.

¿Ya suscrito a @@106933@@ revista ?

Mi cuenta


Declaración CNIL

EM-CONSULTE.COM se declara a la CNIL, la declaración N º 1286925.

En virtud de la Ley N º 78-17 del 6 de enero de 1978, relativa a las computadoras, archivos y libertades, usted tiene el derecho de oposición (art.26 de la ley), el acceso (art.34 a 38 Ley), y correcta (artículo 36 de la ley) los datos que le conciernen. Por lo tanto, usted puede pedir que se corrija, complementado, clarificado, actualizado o suprimido información sobre usted que son inexactos, incompletos, engañosos, obsoletos o cuya recogida o de conservación o uso está prohibido.
La información personal sobre los visitantes de nuestro sitio, incluyendo su identidad, son confidenciales.
El jefe del sitio en el honor se compromete a respetar la confidencialidad de los requisitos legales aplicables en Francia y no de revelar dicha información a terceros.