Résumé

La diphtérie est connue depuis l'Antiquité, décrite sous le nom d'ulcère syriaque ou aegyptiaque.

Plusieurs mentions sont faites au cours des siècles dans de nombreux pays.

Mais c'est à Bretonneau (1825) que l'on doit les premières descriptions précises concernant la « diphtérie » (du grec diphteria = membrane) maladie déjà décrite sous le nom de « croup » depuis 1765 (Home), distinguant l'angine diphtérique des autres angines, et décrivant l'extension possible au larynx et les différentes formes paralytiques et cutanées.

Avec les travaux de Trousseau (1855), de Marfan (1905), Grenet, Debre, Marquezy, l'étude clinique se précise.

Parallèlement, Klebs (1883) identifie l'agent causal que Loeffler (1884) isole et cultive.

Roux et Yersin (1888) apportent la preuve de l'existence d'une toxine sécrétée par le bacille diphtérique. Von Behring et Kitasato (1890) découvrent l'antitoxine utilisée curativement par Roux, Martin et Nocard en 1894.

En 1924, Ramon met au point l'anatoxine utilisée pour la vaccination.

Les grandes épidémies d'antan ont fait place aux cas sporadiques, là où la vaccination est utilisée.

Mais la diphtérie ne doit pas sombrer dans l'oubli. La maladie a quasiment disparu de nombreux pays, mais le bacille diphtérique est toujours présent.

Par ailleurs, la maladie reste endémique dans les pays en voie de développement.

Plan

fr

© 1986  Elsevier, Paris. Tous droits réservés.