Résumé

L'urétrite est une inflammation de l'urètre masculin d'origine infectieuse, sexuellement transmise, définie par des critères cytologiques. Les micro-organismes responsables sont le plus souvent Neisseria gonorrhoeae, Chlamydia trachomatis et Trichomonas vaginalis. Le rôle des mycoplasmes est controversé et les autres micro-organismes sont beaucoup plus rares. Peu d'études épidémiologiques existent et donc la prévalence ainsi que l'incidence annuelle sont mal connues. Cependant, après une forte diminution ces dix dernières années, on assiste actuellement à une réémergence en rapport avec un relâchement de la protection individuelle contre les maladies sexuellement transmissibles. Les urétrites représentent un important problème de santé publique en termes de coût et de morbidité. Pour Chlamydia trachomatis, toute la difficulté réside dans l'existence de nombreux sujets asymptomatiques responsables de la dissémination silencieuse de l'infection avec des conséquences parfois graves chez les jeunes femmes : grossesse extra-utérine et stérilité tubaire. Un effort reste à faire pour dépister et traiter les sujets asymptomatiques afin de rompre les chaînes de contamination. Le diagnostic biologique des urétrites s'est considérablement amélioré ces dernières années avec l'application des techniques de polymerase chain reaction (PCR) à la recherche de Chlamydia trachomatis. Les traitements antibiotiques se sont également améliorés avec l'avènement de nouvelles molécules en prise unique et bien tolérées, favorisant l'observance thérapeutique. Il faut cependant encourager la prévention par l'utilisation large du préservatif.



Mots-clés : urétrite, maladie sexuellement transmissible, prévention des MST, dépistage des MST

Plan

fr

© 2002  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés