Résumé

Les paragangliomes (PGL) sont des tumeurs neuroendocrines rares caractérisées par un fort déterminisme génétique. En effet, la génétique des PGL a évolué de façon majeure ces 15 dernières années. Il est actuellement considéré qu'environ 40 % des PGL sont génétiquement déterminés, secondaires à des mutations constitutionnelles de transmission autosomique dominante dans la quinzaine de gènes de prédisposition connus à ce jour. Plus de la moitié des mutations siègent sur un des gènes SDHx (SDHA, SDHB, SDHC, SDHD, SDHAF2) qui codent pour les différentes sous-unités de la succinate déshydrogénase, une enzyme mitochondriale. Ces différents gènes prédisposent à des formes précoces (VHL, RET, SDHD, EPAS1), syndromiques (RET, VHL, EPAS1, NF1, FH), multiples (SDHD, TMEM127, MAX) ou malignes (SDHB, FH) de PGL. Ces différents gènes activent des voies de tumorigenèse/cancérogenèse différentes. La mise en évidence d'une mutation dans un de ces gènes de prédisposition va changer la prise en charge du patient et sa surveillance et aussi permettre le dépistage génétique familial et d'organiser une surveillance présymptomatique de la maladie chez les apparentés porteurs de la mutation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Phéochromocytome, Paragangliome, Mutation constitutionnelle, Gènes SDHx, Enquête familiale


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.