Résumé

En résumé, bien que le dosage de l'amylasémie soit imparfait en raison de son manque de spécificité, de sa demi-vie courte et de son absence de valeur pronostique, il reste très utile en pratique clinique. Dans l'interprétation d'une hyperamylasémie, le contexte clinique, et en particulier la présence ou non de douleurs abdominales, est important à considérer. Devant une violente douleur abdominale et une élévation de l'amylasémie, le premier diagnostic à évoquer est la pancréatite. L'élévation de l'enzyme est d'autant plus fréquente que son dosage a été réalisé précocement. Une hyperamylasémie n'est pas toujours synonyme de pancréatite aiguë. Différents syndromes abdominaux aigus tels une perforation d'ulcère, un infarctus du mésentère, une occlusion intestinale haute, peuvent s'accompagner d'une élévation de l'amylasémie. Lorsque l'amylasémie est élevée, contrastant avec une lipasémie normale, surtout en l'absence de douleurs abdominales, ce résultat évoque une hyperamylasémie d'origine salivaire. La cause la plus fréquente est l'alcoolisme. En son absence, une pathologie des glandes salivaires peut être en cause. Une élévation de l'amylasémie avec une amylasurie et une lipasémie normale doit faire rechercher une macroamylase. Enfin, une élévation modérée de l'amylasémie inférieure à trois fois la limite supérieure de la normale est fréquente chez l'insuffisant rénal.

Plan



© 1999  Elsevier, Paris. Tous droits réservés.