Résumé

La dystrophie rachidienne de croissance (DRC), dont la maladie de Scheuermann est un des aspects, correspond à une altération de la structure discovertébrale survenant chez l'enfant et l'adolescent, aboutissant à un trouble de croissance, laissant persister des séquelles à l'âge adulte. Cette altération est d'origine mécanique, liée à une surcharge rachidienne faite de contraintes dynamiques et/ou posturales. La présentation clinique de la DRC est le plus souvent celle d'un élément douloureux associé à un déséquilibre du tronc et à une déformation cyphotique, à type d'hypercyphose thoracique, ou de cyphose à localisation anormale, thoracolombaire ou lombaire. Le mode d'expression de l'affection est soit aigu, soit le plus souvent chronique, parfois aigu sur fond chronique ; cette expression s'accompagne toujours d'un élément hautement pathologique : la raideur rachidienne segmentaire. Une étude radiographique standard permet en règle d'effectuer le diagnostic de DRC, celle-ci montrant des altérations structurales vertébrales associées à des anomalies discales, dont une diminution d'épaisseur des disques, constante. Les altérations structurales caractéristiques sont en règle la cunéiformisation vertébrale et l'élargissement antéropostérieur de la vertèbre, associés aux anomalies des plateaux de celle-ci, en rapport avec les hernies intraspongieuses du matériel discal. Compte tenu des résultats assez décevants des traitements effectués à un stade avancé de l'affection, la prévention de la DRC, son dépistage, et le traitement de ses formes débutantes sont essentiels.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Dystrophie rachidienne de croissance, Maladie de Scheuermann, Hypercyphose thoracique, Cyphose thoracolombaire, Cyphose lombaire, Contrainte vertébrale, Postures rachidiennes

Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.