Résumé

L'algodystrophie ou syndrome douloureux régional complexe de type I est caractérisée par des anomalies vasculaires avec hyperperméabilité suivies par une colonisation de fibroblastes, le plus souvent confinées à un membre, un segment de membre, ou à une zone encore plus limitée, en premier la région distale, après un événement initiateur. Son évolution naturelle est divisée typiquement en trois stades : aigu ou pseudo-inflammatoire, puis dystrophique, puis atrophique. La douleur, disproportionnée par rapport à l'événement intial, est continue et accentuée avec l'essai d'utilisation des articulations affectées. La douleur spontanée, l'allodynie, l'hyperalgésie, et/ou l'hyperpathie ne se limitent pas au territoire d'un seul nerf périphérique. L'oedème, les anomalies du flux vasculaire cutané, les anomalies sudoromotrices sont perceptibles cliniquement pour les atteintes distales ou mésoméliques. L'hyperperméabilité vasculaire transitoire dans la zone affectée est mise en évidence par les signes d'imagerie par résonance magnétique (IRM) et la scintigraphie osseuse aux trois temps. Certains patients, des adultes jeunes et surtout des adolescents de sexe féminin, développent une forme froide d'emblée avec des manifestations douloureuses, mais sans oedème dans la zone affectée, avec, à la scintigraphie, une hypofixation du radiotraceur par rapport au côté opposé, une IRM normale. La déminéralisation osseuse retardée, inconstante est mise en évidence par des radiographies standards comparatives, un scanner. Dans l'algodystrophie, la perte osseuse peut, en quelques semaines ou mois, devenir comparable à la perte osseuse d'une ostéoporose commune après 10 ans d'évolution. Une fracture initiale corticale ou occulte (fracture corticale et/ou trabéculaire) est un événement initial fréquent d'une algodystrophie, mais les patients souffrant d'algodystrophie peuvent garder une déminéralisation prolongée et être ainsi à risque de développer une fracture. La causalgie, les fractures trabéculaires, l'ostéoporose transitoire, la rétraction capsulaire, l'ostéonécrose aseptique sont discutées au diagnostic différentiel. La prise en charge thérapeutique d'un patient souffrant d'algodystrophie est difficile en l'absence de traitement validé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Algodystrophie, Syndrome douloureux régional complexe, Syndrome réflexe sympathique, Fracture trabéculaire, Œdème médullaire osseux, Ostéoporose transitoire, Ostéonécrose aseptique


Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.