Résumé

Les ostéonécroses non traumatiques des épiphyses de l'adulte sont liées à trois étiologies essentielles : la prise de corticoïdes, l'intoxication éthylique, la drépanocytose. Indépendamment de ces trois étiologies principales, il existe de nombreuses autres étiologies telles que des troubles du métabolisme lipidique etc. qui peuvent aussi être à l'origine de nécroses épiphysaires. Les nécroses touchent essentiellement l'articulation de la hanche. Certaines étiologies peuvent être à l'origine d'ostéonécroses multifocales qui atteignent alors préférentiellement, après la hanche, l'épaule et le genou. Les autres localisations sont rares en dehors de certaines étiologies qui ont des atteintes spécifiques (le rachis dans la drépanocytose). Le diagnostic au stade précoce repose essentiellement sur l'imagerie par résonance magnétique (IRM) qui, dans la majorité des cas, permet d'obtenir un diagnostic certain de la pathologie. Les modalités thérapeutiques des ostéonécroses épiphysaires dépendent essentiellement du stade diagnostique. Le traitement conservateur de l'articulation est possible si le diagnostic a été effectué suffisamment précocement, en particulier par l'IRM.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Ostéonécrose, Nécrose, Nécrose d'épaule, Nécrose du genou, Nécrose de hanche

Plan


© 2006  Elsevier SAS. Tous droits réservés.