Résumé

L'hypophyse est subdivisée en deux parties : l'adénohypophyse (lobe antérieur, lobe cystiforme et lobe tubéral), glandulaire, synthétisant les hormones antéhypophysaires et la neurohypophyse (éminence médiane, tige infundibulaire et lobe postérieur) nerveuse, réservoir d'hormones hypothalamiques. Sur le plan anatomique, l'hypophyse intrasellaire est située dans la selle turcique, dépression de l'os sphénoïde. Elle est fermée vers le haut par le diaphragme sellaire, feuillet dure-mérien, percé d'un orifice laissant passer la tige hypophysaire qui rattache l'hypophyse intrasellaire à l'hypothalamus. L'hypophyse est en rapport vers le bas avec le sinus sphénoïdal et latéralement avec les deux sinus caverneux. La vascularisation de l'hypophyse est assurée directement par les artères hypophysaires supérieures et inférieures, branches de la carotide interne et par le système porte artériel hypothalamo-hypophysaire, base morphologique des relations neurovasculaires entre l'hypothalamus et l'hypophyse. En histologie, le lobe antérieur, de structure cordonale, est constitué de cinq types cellulaires, bien identifiés grâce à l'immunocytochimie, la biologie moléculaire et la microscopie électronique et de cellules folliculostellaires encore énigmatiques. La cellule somatotrope synthétise la growth hormone (GH) ; la cellule à prolactine la prolactine ; la cellule corticotrope la pro-opiomélanocortine (POMC) clivée en adrenocorticotrophic hormone (ACTH), β-endorphine et β-lipotropine (LPH) ; la cellule gonadotrope synthétise la follicle stimulating hormone (FSH) et la luteinizing hormone (LH) et la cellule thyréotrope la thyroid stimulating hormone (TSH). Toutes ces cellules présentent des récepteurs membranaires et nucléaires pour les hormones hypothalamiques et périphériques qui régulent leur sécrétion. Il existe des communications paracrines entre les cellules antéhypophysaires et les cellules folliculostellaires de natures gliales ou cellules dendritiques immunitaires. Des facteurs de croissance (transforming growth factor β [TGF-β], basic fibroblast growth factor [FGFb], vascular endothelial growth factor [VEGF]) et divers peptides ont également été décrits. Le lobe cystiforme, inconstant, est formé de kystes bordés par des cellules corticotropes ; le lobe tubéral, formant le manchon périphérique de la tige, est constitué de quelques cordons cellulaires glandulaires. La tige infundibulaire et le lobe postérieur sont des structures nerveuses correspondant aux axones des neurones hypothalamiques des noyaux supraoptiques et paraventriculaires. L'hormone antidiurétique et l'ocytocine qu'ils véhiculent sont excrétées dans les capillaires du lobe postérieur.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Hypophyse, Antéhypophyse, Cellule somatotrope, Cellule à prolactine, Cellule corticotrope, Cellule gonadotrope, Cellule thyréotrope, Cellule folliculostellaire, Posthypophyse

Plan


© 2007  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.