Résumé

Les fractures bimalléolaires sont parmi les fractures les plus fréquentes. La complication tardive la plus fréquente est l'arthrose tibiotalienne, expliquée par un défaut de réduction ou une impaction ostéochondrale souvent méconnue au moment du traumatisme. La qualité du résultat du traitement orthopédique repose sur le centrage du talus dans la pince malléolaire ; la qualité des résultats du traitement chirurgical repose sur l'exactitude de la réduction des foyers de fractures qui ne tolère aucune imperfection. L'objectif du traitement doit être adapté en fonction du terrain afin de ne pas s'exposer à des complications cutanées ou infectieuses potentiellement graves.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Fracture, Luxation, Cheville, Malléoles, Tibia, Fibula, Articulation tibiofibulaire, Syndesmose


Plan


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.