Résumé

Le pied creux, plus fréquent que le pied plat, est une déformation souvent bien tolérée mais qui doit être diagnostiquée précocement car elle peut être le premier signe d'une affection neurologique de la maladie de Charcot-Marie-Tooth. Cette étiologie neurologique doit être recherchée par tous les moyens de diagnostic cliniques et paracliniques. Le diagnostic d'un pied creux est facile par la présence d'une « bosse » sur le dos du pied qui intrigue et gêne le patient ; elle est en rapport avec la verticalisation du calcanéus et des métatarsiens par aggravation de la courbure longitudinale de la gouttière ostéoarticulaire inférieure du pied ; s'y associe souvent une déviation horizontale de l'avant-pied en pronation. La confirmation est assurée par la prise des empreintes podoscopiques en charge qui permettent de préciser le degré de gravité et par les radiographies dont il existe plusieurs incidences et repères. Le traitement médical par appareillages chez l'enfant et par orthèses plantaires chez l'adolescent et l'adulte est le plus souvent suffisant ; il doit être surveillé régulièrement. La chirurgie est parfois indiquée, mais doit être décidée au cas par cas, corrigeant la partie du pied douloureuse (orteils, métatarsiens talon, etc.) ; il ne faut pas effectuer des interventions trop extensives dont l'évolution n'est pas toujours favorable et qui n'empêchent pas l'évolutivité, ni les complications de la déformation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Pied creux, Cavus du pied, Empreintes plantaires, Maladies hérédodégénératives, Ostéotomies tarsiennes, Ostéotomies métatarsiennes


Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.