Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Infections à méningocoques - 01/01/02

[8-013-A-10]
Pierre Nicolas : Spécialiste de biologie médicale, chef de l'unité du méningocoque
Institut de médecine tropicale du service de santé des Armées, centre collaborateur Organisation mondiale de la santé (OMS) de référence et de recherche pour les méningocoques, parc du Pharo, BP 46, 13998 Marseille Armées  France
Jean-Marc Debonne : Professeur agrégé, service de santé des Armées, hôpital d'instruction des Armées A Laveran, 13998
 Marseille Armées  France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 23
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Maladies infectieuses
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

Dues à Neisseria meningitidis les infections méningococciques, strictement humaines et cosmopolites, sont dominées par la méningite à méningocoques et la méningococcémie fulminante. Celles-ci sévissent sur un mode endémosporadique sur lequel viennent éclater de façon imprévisible des poussées épidémiques qui sont dues à l'émergence d'une souche virulente. Dans une vaste zone de l'Afrique soudano-sahélienne appelée « ceinture de la méningite », les flambées épidémiques surviennent de façon périodique sur un fond de forte endémie.

Le spectre clinique des méningococcies est largement dominé par les formes invasives qui touchent préférentiellement l'enfant et l'adolescent. Elles sont définies par l'isolement dans le liquide céphalorachidien et/ou le sang de méningocoques. La méningite exclusive réalise un tableau de méningite bactérienne de diagnostic le plus souvent facile, de traitement bien codifié et de bon pronostic avec un taux de létalité inférieur à 5 % et un taux de séquelles (surtout neurosensorielles) inférieur à 10 %. Mais toute la gravité des infections à méningocoques est représentée par le risque de méningococcémie fulminante. Il s'agit d'une extrême urgence qui associe un état infectieux brutal, une défaillance circulatoire et un purpura extensif. Sa physiopathologie complexe est actuellement mieux connue : l'endotoxine bactérienne est l'élément déclenchant à l'origine d'une activation brutale et incontrôlée de la cascade immuno-inflammatoire. La sécrétion de nombreuses cytokines pro- et anti-inflammatoires, l'activation des systèmes du complément et de la coagulation sont à l'origine de la plupart des manifestations et notamment de l'état de choc et de la coagulation intravasculaire qui caractérisent cette forme clinique. Les facteurs impliqués dans la survenue d'un tel tableau, dont le pronostic reste redoutable, sont encore mal connus. Ils pourraient être en partie du moins liés à l'hôte par le déterminisme génétique de certains composants de la réponse inflammatoire à l'agression toxinique.

De nombreuses autres manifestations ont été décrites ; elles peuvent correspondre à d'autres localisations du germe évoluant souvent de façon isolée ou encore à des manifestations de nature immunoallergique cutanées, articulaires et péricardiques.

Le diagnostic des infections méningococciques est bactériologique mais les techniques d'amplification génique sont prêtes à pallier les insuffisances de la culture pour le diagnostic des méningococcies décapitées par un traitement antibiotique.

Le traitement repose sur l'antibiothérapie, les bêtalactamines tenant encore la première place, malgré l'augmentation du nombre des souches de sensibilité diminuée à la pénicilline qui laisse planer une menace sur l'avenir.

Les méningococcies représentent toujours des problèmes de santé publique dont la prophylaxie est bien codifiée. Celle-ci a pour but de protéger l'entourage du malade grâce à une antibioprophylaxie et/ou une vaccination. Dans la ceinture de la méningite, il s'agit de prendre en charge les malades grâce à des thérapeutiques adaptées et de protéger la population par une vaccination de masse.



Mots-clés : Neisseria meningitidis, méningocoque, méningite à méningocoques, méningococcémie, méningococcie fulminante, purpura fulminans

Plan



© 2002  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.