Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Infections à Haemophilus - 01/01/99

[8-017-F-10]
Françoise Jaeger : Assistant-chef de clinique
Joël Leroy : Médecin des Hôpitaux
Jean-Marie Estavoyer : Médecin des Hôpitaux
Bruno Hoen : Professeur des Universités, médecin des hôpitaux
Service de maladies infectieuses et tropicales, centre hospitalier universitaire de Besançon, hôpital Saint-Jacques, 2, place Saint-Jacques, 25030 Besançon cedex France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Maladies infectieuses

Résumé

Si le genre Haemophilus comporte plusieurs espèces, Haemophilus influenzae est la principale espèce responsable d'infections humaines. Il s'agit d'un petit bacille à Gram négatif faisant partie de la flore oropharyngée. La virulence des souches est variable et dépend surtout de l'existence d'une capsule. Les infections dues à H influenzae de type b (Hib) étaient une cause majeure d'infections invasives (méningites, épiglottites et pneumonies) chez l'enfant de moins de 2 ans avant l'ère vaccinale. Les vaccins conjugués anti-Hib, qui ont une bonne immunogénicité, ont permis une quasi-disparition du portage pharyngé de Hib et des infections invasives, et on assiste actuellement à une augmentation relative des infections à souches non capsulées ou de sérotype autre que b. Le traitement curatif de première intention repose sur l'association amoxicilline-acide clavulanique ou les céphalosporines de troisième génération, en raison de la prévalence élevée de la résistance à l'amoxicilline par production de bêtalactamases (30 %). Parmi les autres espèces d'Haemophilus, H para-influenzae est principalement à l'origine d'infections respiratoires, mais aussi, avec H aphrophilus, d'endocardites. H ducreyi est responsable d'une maladie sexuellement transmissible, le chancre mou, dont le traitement actuel repose sur l'administration en dose unique de ceftriaxone, ciprofloxacine ou azithromycine.

Plan



© 1999  Elsevier, Paris. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.