Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Clostridium difficile et pathologie digestive - 01/01/01

[8-038-H-20]
Xavier Nicolas : Assistant des hôpitaux des Armées
Francis Klotz : Professeur agrégé du Val-de-Grâce
Service de pathologie digestive, hôpital d'instruction des Armées Clermont-Tonnerre, rue du Colonel-Fonferrier, BP 41, 29240 Brest Naval  France
Éric Chauveau : Spécialiste des hôpitaux des Armées, service de pathologie digestive
Hôpital d'instruction des Armées Robert Picqué Bordeaux  France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Maladies infectieuses
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

« Clostridium difficile » est reconnu comme une cause majeure de diarrhée nosocomiale à l'origine d'une importante morbidité hospitalière. Dans sa forme toxinogène, ce bacille anaérobie à Gram positif produit deux toxines, les toxines A (entérotoxine) et B (cytotoxine), responsables de la virulence de la bactérie et de lésions muqueuses caractéristiques visibles en endoscopie. Chez l'homme, le spectre des manifestations cliniques va du simple portage asymptomatique et de la diarrhée banale à la colite fulminante. L'environnement hospitalier est propice au développement de la maladie. L'antibiothérapie prédispose à l'infection en modifiant l'écosystème intestinal. Le diagnostic repose sur la mise en évidence de la toxine A dans les selles par agglutination sur latex ou technique « enzyme-linked immunosorbent assay ». La seule mise en évidence de « Clostridium difficile » dans les selles ne suffit pas à affirmer son caractère pathogène. Le traitement repose d'abord sur l'arrêt de l'antibiotique en cause. Dans les formes persistantes ou modérées, le métronidazole oral est le traitement de première intention. L'utilisation de la vancomycine orale, plus chère et aussi efficace, expose au risque d'émergence de résistance des entérocoques hospitaliers. Le taux de rechute est estimé à 20 % après traitement. La prévention repose sur une politique d'emploi des antibiotiques à large spectre. La coadministration systématique de « Saccharomyces boulardii » lors d'une antibiothérapie réduit le risque de diarrhée mais ne prévient pas le risque de colite pseudomembraneuse.



Mots-clés : « Clostridium difficile », antibiotiques, diarrhée aux antibiotiques, colite pseudomembraneuse, toxine, réponse immune, vancomycine, métronidazole, « Saccharomyces boulardii »

Plan



© 2001  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.