Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Manifestations dermatologiques de l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine - 01/01/02

[8-050-D-20]
Michel Janier : Praticien hospitalier
Centre clinique et biologique des maladies sexuellement transmissibles, hôpital Saint-Louis, 42, rue Bichat 75010 Paris  
Service de dermatologie, hôpital Saint-Joseph, 191, rue Raymond-Losserand, 75014 Paris  
Université Pierre et Marie Curie France
Eric Caumes : Professeur des Universités, praticien hospitalier, service des maladies infectieuses et tropicales
Groupe hospitalier de la Pitié-Salpêtrière, 47-83, boulevard de l'Hôpital, 75651 Paris cedex 13 France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 17
Iconographies 20
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Maladies infectieuses

Résumé

Les manifestations dermatologiques sont fréquentes au cours de l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine. Elles sont présentes à tous les stades de la maladie, de la primo-infection au syndrome d'immunodéficience acquise. Elles peuvent révéler la maladie et avoir aussi un intérêt pronostique.

Les dermatoses observées sont de plusieurs ordres, principalement tumorales, infectieuses et iatrogènes. Les tumeurs sont dominées par la maladie de Kaposi, néoplasie opportuniste et multifocale. Les infections sont surtout virales (herpès, zona, infections à papillomavirus humain...) et fungiques (candidoses, dermatophyties...), moins souvent bactériennes (streptococcies, staphylococcies, syphilis...) et encore plus rarement parasitaires (gale).

Les intolérances médicamenteuses sont fréquentes et souvent d'expression dermatologique. Elles sont dominées par les toxidermies (exanthèmes maculopapuleux, syndrome de Stevens-Johnson et de Lyell et syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse qui peuvent être observés avec les sulfamides et les antirétroviraux). Les traitements antirétroviraux prolongés concourent à l'apparition du syndrome lipodystrophique marqué par la présence de signes d'atrophie périphérique et d'hypertrophie centrale associés à des degrés divers.



Mots-clés : infection VIH, sida, maladie de Kaposi, syphilis, herpès, zona, candidose, dermatophytie, toxidermie, prurigo

Plan



© 2002  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.