Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Hypodermoses humaines - 01/01/03

[8-118-E-10]
Benoît Chevalier : Docteur-biologiste des hôpitaux des Armées. Hôpital principal, Dakar, Sénégal
Jean-Claude Chapalain : Docteur-biologiste des hôpitaux des Armées
Service de biologie clinique, hôpital d'instruction des armées Clermont-Tonnerre, rue du Colonel-Fonferrier, BP 41, 29240 Brest Naval  France
Francis Klotz : Professeur titulaire de la chaire de médecine tropicale
EASSA-Val de Grâce, 1, place Laveran, 75230 Paris cedex 05 France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Maladies infectieuses

Résumé

L'hypodermose est une parasitose due au développement dans l'organisme de larves de mouche du genre Hypoderma (ou varons), qui parasitent habituellement les bovins (Hypoderma bovis ou Hypoderma lineatum) ou les cervidés (Hypoderma lineatum). Bien que le parasitisme soit relativement bien toléré chez l'animal, l'impact économique de l'hypodermose bovine est important en raison de l'altération du cuir perforé par les varons adultes et de la baisse des performances zootechniques (diminution de la production de viande et du lait). Cela a justifié la mise en place de mesures de lutte qui ont permis l'éradication de la maladie dans certains pays européens. L'hypodermose humaine est rare et accidentelle, touchant essentiellement les jeunes enfants des zones rurales ayant eu des contacts avec les bovins au cours du précédent été. Les manifestations cliniques sont essentiellement cutanées et bénignes mais des formes compliquées neuroméningées, pleuropéricardiques et oculaires ont été rapportées, faisant toute la gravité de la maladie. Le diagnostic de certitude est apporté par la mise en évidence de la larve qui n'est cependant expulsée spontanément que dans un cas sur quinze. Le diagnostic sérologique n'est réalisé que dans des laboratoires spécialisés. Il n'existe pas de traitement antiparasitaire spécifique. L'évolution est en règle favorable en dehors des ophtalmomyiases ou des atteintes neurologiques symptomatiques qui imposent une extraction chirurgicale en urgence.



Mots-clés : Hypodermatidae, hypodermose humaine, Hypoderma bovis, Hypoderma lineatum, Hypoderma diana, myiase, ophtalmomyiase, varons

Plan



© 2003  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.