Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Maladie des brides amniotiques - 08/03/11

[15-200-B-10]  - Doi : 10.1016/S0246-0521(11)50138-X 
A. Mézel a,  : Praticien hospitalier, S. Manouvrier b : Professeur de génétique
a Département de chirurgie et orthopédie de l'enfant, Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille, avenue Eugène-Avinée, 59037 Lille cedex, France 
b Service de génétique clinique, Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille et faculté de médecine de Lille, Université Lille 2, avenue Eugène-Avinée 59037 Lille cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 9
Vidéos 0
Autres 3

Résumé

La maladie des brides amniotiques est une pathologie rare qui intrigue depuis des décennies les différents praticiens qui sont amenés à prendre en charge les patients qui en sont atteints, qu'ils soient obstétriciens, généticiens, pédiatres, foetopathologistes ou chirurgiens infantiles. Elle se caractérise cliniquement par l'association de signes pathognomoniques : présence de brides, sillons de striction cutanés, amputations des extrémités et pseudosyndactylies. Sont également retrouvés des fentes faciales atypiques, des pieds bots, des exencéphalies et des lésions des annexes. L'atteinte des membres est la plus fréquente. Son incidence est estimée à environ 1/10 000 naissances vivantes mais celle-ci est en réalité probablement plus élevée en raison de formes précoces létales. Il reste actuellement communément admis qu'il s'agit d'une affection sporadique, d'origine disruptive et non malformative. Son mécanisme étiopathogénique reste cependant encore imparfaitement connu. De nombreux auteurs, se basant sur des constatations cliniques et/ou les résultats de l'expérimentation animale, ont élaboré différentes théories : endogène, exogène, vasculaire ou génétique. Aucune n'a encore pu être formellement prouvée chez l'homme. La prise en charge thérapeutique est essentiellement post-natale. Des tentatives de chirurgie in utero par foetoscopie ont été réalisées mais se pose le problème de l'indication d'une technique encore récente et non dénuée de risques, dans le traitement d'une affection dont le pronostic fonctionnel est généralement bon.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Brides amniotiques, Séquence disruptive, Sillon de striction, Acrosyndactylie, Amputation congénitale, Fente faciale atypique


Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Malformations congénitales des membres : embryologie, étiologie
  • Pascal Dollé, Valérie Cormier-Daire
| Article suivant Article suivant
  • Torticolis musculaire congénital
  • P. Peyrou, Y. Lefèvre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.