Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Distomatoses - 01/01/05

[8-512-A-10]  - Doi : 10.1016/S1166-8598(05)38339-6 
D. Andriamanantena a : Assistante des hôpitaux des Armées, P. Rey a : Spécialiste des hôpitaux des Armées, chef du service des maladies digestives, J.-L. Perret a : Professeur agrégé du Val-de-Grâce, chef de la fédération de médecine, F. Klotz b,  : Professeur titulaire de la chaire de médecine tropicale
a Hôpital d'instruction des Armées Legouest, BP 10, 57998 Metz, France 
b EASSA, Val-de-Grâce, 1, place Alphonse-Laveran, 75230 Paris cedex 05, France, IMTSSA Le Pharo, Marseille, France 

*Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 10
Iconographies 10
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Maladies infectieuses

Résumé

Les distomatoses sont des parasitoses consécutives au développement chez les mammifères et accidentellement chez l'homme, de trématodes, vers plats non segmentés, dénommés douves ou distomes. L'homme se contamine en consommant des aliments souillés (crudités sauvages, crustacés ou poissons crus). En fonction de l'organe électivement atteint, on distingue trois types de distomatose : distomatoses hépatobiliaires (fasciolose, opisthorchiase), distomatoses pulmonaires ou paragonimoses, et distomatoses intestinales. Seul le cycle parasitaire de la distomatose hépatobiliaire à Fasciola hepatica peut se dérouler en Europe, les autres distomatoses étant principalement rencontrées en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie du Sud-Est. Le diagnostic, évoqué devant l'association d'un séjour en zone d'endémie, de coutumes alimentaires exposant à la contamination et d'une hyperéosinophilie, repose sur la mise en évidence directe du parasite ou de ses oeufs et sur les techniques sérologiques, dont la spécificité a pu être sensiblement améliorée. Le traitement médical curatif repose sur trois types de médicaments : praziquantel (Biltricide®), bithionol (Bitin®), non commercialisé en France, et triclabendazole (Egaten®), molécule dont l'efficacité, la bonne tolérance et la simplicité d'utilisation en font désormais le traitement de référence de la distomatose à Fasciola hepatica. Une approche endoscopique biliaire est licite dans les formes compliquées. La prévention repose sur l'éviction des conduites à risque.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Distomatose, Foie, Poumons, Tube digestif

Plan


© 2005  Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.