Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Candidoses et levuroses diverses - 01/01/05

[8-602-A-10]  - Doi : 10.1016/S1166-8598(05)26088-X 
M. Develoux a,  : Maître de conférences, praticien hospitalier, S. Bretagne b : Professeur des Universités, praticien hospitalier
a Laboratoire de parasitologie-mycologie, hôpital Tenon, 4, rue de la Chine, 75970 Paris cedex 20, France 
b Laboratoire de parasitologie-mycologie, hôpital Mondor, 51, avenue du Maréchal-de-Lattre, 94000 Créteil, France 

*Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 15
Iconographies 14
Vidéos 0
Autres 1
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Maladies infectieuses
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

Le spectre des candidoses et autres levuroses est particulièrement étendu, allant de la surinfection cutanée et de l'infection unguéale à l'infection disséminée. Les levures rencontrées en pathologie humaine sont peu nombreuses par rapport à l'ensemble du monde fongique. Elles ont des biologies différentes, mais partagent la particularité d'être essentiellement des agents opportunistes qui n'expriment donc leur pouvoir pathogène qu'en présence de facteurs de risque. Parmi elles, Candida albicans demeure la levure le plus souvent impliquée, mais les espèces non albicans sont de plus en plus souvent rapportées, en particulier dans les infections disséminées. Le diagnostic repose sur l'analyse microbiologique des prélèvements, mais l'interprétation d'une culture positive doit toujours être confrontée aux symptômes cliniques et à la présence de facteurs de risque. C. albicans est en effet une levure commensale des muqueuses digestives et vaginales, et sa présence ne signe pas son caractère pathogène. Le traitement repose pour les formes localisées sur l'éradication des facteurs favorisants et les topiques locaux d'antifongiques. Ce n'est que lors de récidives dûment authentifiées que des traitements systémiques peuvent se justifier. Pour les formes disséminées, un traitement antifongique systémique est indispensable, tout en sachant que la mortalité est alors proche de 50 %, malgré les progrès thérapeutiques marqués par l'apparition de nouvelles molécules antifongiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Candidoses, Candidoses cutanéomuqueuses, Candidoses disséminées, Épidémiologie, Antifongiques

Plan


© 2005  Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.