Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Prise en charge du virus de l'immunodéficience humaine - 21/08/07

[8-050-B-12]  - Doi : 10.1016/S1166-8598(07)35749-9 
J. Ghosn a : Médecin des Hôpitaux, C. Katlama b,  : Professeur
a Service de médecine interne et maladies infectieuses, Centre hospitalier de Bicêtre, 94275 Le Kremlin-Bicêtre, France 
b Département des maladies infectieuses et tropicales, Groupe hospitalier Pitié-Salpétrière, 75013 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 1
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Maladies infectieuses
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

Les traitements antirétroviraux ont, au cours de la dernière décennie, profondément changé le cours de la maladie due au VIH. D'une maladie toujours létale avant 1996, le concept de maladie chronique persistante s'est imposé, en l'absence d'éradication du virus, avec de nouveaux défis : pour le patient, persister dans l'observance pendant plusieurs décennies, pour les thérapeutes, garder tout au long de ces années une efficacité et une sécurité d'emploi maximales. L'introduction du traitement est un enjeu majeur : les stratégies actuelles (2 INTI + IP ou 2 INTI + 1 INNTI) permettent d'obtenir l'indétectabilité de la charge virale dans plus de 80 % des cas. C'est cette indétectabilité qui est le garant d'une restauration immunitaire optimale, d'un risque minimal de développement de la résistance. Outre leur efficacité, les traitements antirétroviraux ont considérablement évolué dans leur simplicité en termes de nombre de prises, de nombre de gélules. De nouvelles molécules plus simples au quotidien, plus efficaces sur les virus devenus résistants, mieux tolérées à court et long termes sont actuellement disponibles. En effet, la tolérance de ces traitements antirétroviraux est un objectif majeur : que ce soit à court terme, une tolérance clinique et biologique optimale pour favoriser l'observance et à long terme pour minimiser les complications induites par les traitements antirétroviraux, essentiellement les complications métaboliques et leur retentissement sur la physionomie du patient ou sur le risque cardiovasculaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Virus de l'immunodéficience humaine, Antirétroviraux, Lymphocytes CD4

Plan


© 2007  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.