Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Rehabilitation of damage to the visual brain - 09/10/12

Doi : 10.1016/j.neurol.2012.07.015 
S. Ajina a, b, , C. Kennard b
a FMRIB Centre, University of Oxford, John Radcliffe Hospital, Headley Way, Oxford OX3 9DU, UK 
b Nuffield Department of Clinical Neurosciences, 6th floor West Wing, John Radcliffe Hospital, Headley Way, Oxford OX3 9DU, UK 

Corresponding author. FMRIB Centre, University of Oxford, John Radcliffe Hospital, Headley Way, Oxford OX3 9DU, UK.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

Homonymous visual field loss is a common consequence of stroke and traumatic brain injury. It is associated with an adverse functional prognosis and has implications on day-to-day activities such as driving, reading, and safe navigation. Early recovery is expected in around half of cases, and may be associated with a return in V1 activity. In stable disease, recovery is unlikely beyond 3 and certainly 6 months. Rehabilitative approaches generally target three main areas, encompassing a range of techniques with variable success: visual aids aim to expand or relocate the affected visual field; eye movement training builds upon compensatory strategies to improve explorative saccades; visual field restitution aims to improve visual processing within the damaged field itself. All these approaches seem to offer modest improvements with repeated practice, with none clearly superior to the rest. However, a number of areas are demonstrating particular promise currently, including simple web-based training initiatives, and work on neuroimaging and learning. The research interest in this area is encouraging, and it is to be hoped that future trials can better untangle and control for the number of complicated confounds, so that we will be in a much better position to evaluate and select the most appropriate therapy for patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Une perte du champ visuel homonyme est fréquente après un trauma crânien. Elle est associée à un pronostic visuel défavorable avec des implications pour la vie de tous les jours comme la conduite, la lecture et la navigation en sécurité. Pour la moitié des cas, on peut espérer une récupération avec retour d’un niveau d’activité V1. Pour une maladie stabilisée, la récupération est peu probable après trois mois et à six mois la perte est irréversible. L’approche rééducative a trois objectifs, avec des techniques et des taux de succès variables : aides visuelles afin d’élargir ou relocaliser le champ visuel affecté ; entraînement des mouvements oculaires à partir des stratégies compensatoires afin d’améliorer les saccades exploratrices ; restitution du champ visuel pour améliorer le traitement visuel au sein même du champ endommagé. Lorsqu’elles sont répétées, ces différentes approches semblent permettre des améliorations modestes, sans avoir un effet clairement supérieur au repos. Cependant un certain nombre d’interventions, dont des initiatives d’entraînements sur le web et des travaux sur la neuroimagerie et l’apprentissage, montrent des effets prometteurs. La recherche dans ce domaine est encourageante. On peut espérer voir des essais futurs ayant un meilleur contrôle des facteurs confondants afin de mieux évaluer et sélectionner les patients susceptibles de profiter des thérapeutiques proposées.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Homonymous hemianopia, Rehabilitation, Eye movements, Neuroplasticity, Stroke

Mots clés : Hémianopsie homonyme, Rééducation, Mouvements oculaires, Neuroplasticité, Accident vasculaire cérébral


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 168 - N° 10

P. 754-761 - octobre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Syndrome de Balint et fonctions spatiales du lobe pariétal
  • D. Biotti, L. Pisella, A. Vighetto
| Article suivant Article suivant
  • Social cognition and the superior temporal sulcus: Implications in autism
  • A. Saitovitch, A. Bargiacchi, N. Chabane, F. Brunelle, Y. Samson, N. Boddaert, M. Zilbovicius

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.