Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Manifestations rhumatologiques de l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine - 01/01/02

[14-207-B-10]
Jean Sibilia : Professeur des Universités
Service de rhumatologie, hôpital de Hautepierre, avenue Molière, 67098 Strasbourg cedex France
Alain Saraux : Professeur des Universités
Service de rhumatologie, hôpital de la Cavale Blanche, boulevard Tanguy-Prigent 29000 Brest  France
Frédéric Lioté : Professeur des Universités, praticien hospitalier
Service de rhumatologie, hôpital Lariboisière, 2, rue Ambroise-Paré 75475 Paris  France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 13
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Appareil locomoteur
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

Les sujets infectés par le VIH ont actuellement une survie nettement plus longue, ce qui suggère qu'ils puissent consulter un rhumatologue pour une symptomatologie avec ou sans rapport avec leur infection.

Certaines manifestations rhumatologiques, en particulier les infections opportunistes, sont de plus en plus rares en raison de l'efficacité des traitements antirétroviraux et des prophylaxies anti-infectieuses, mais nous assistons à l'apparition d'autres manifestations particulièrement polymorphes et trompeuses qu'il faut connaître : les manifestations articulaires comprennent des arthralgies des primo-infections, des arthrites de causes diverses, en particulier infectieuses, et certaines formes de spondylarthropathies ; les manifestations osseuses infectieuses, tumorales mais aussi métaboliques (ostéonécroses, ostéopathies fragilisantes) ; les manifestations systémiques peuvent être très caractéristiques, comme le syndrome d'infiltration lymphocytaire diffus, ou moins spécifiques comme les vascularites ; les manifestations musculaires sont liées aux antirétroviraux, directement au virus ou plus rarement à une infection (pyomyosite) ou à d'autres causes ; les manifestations neurologiques périphériques sont assez fréquentes, et parfois responsables de tableaux douloureux atypiques.

L'utilisation de plus en plus fréquente et de plus en plus en plus prolongée de molécules antivirales justifie une bonne connaissance de leurs effets iatrogènes rhumatologiques et de leurs interactions avec les molécules utilisées par les rhumatologues.



Mots-clés : sida, manifestations rhumatologiques, VIH

Plan



© 2002  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.