Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Dysplasies et luxations congénitales de hanche - 01/01/99

[15-226-A-10]
Raphaël Seringe : Professeur à la faculté de médecine, chirurgien des Hôpitaux
Service d'orthopédie pédiatrique, hôpital Saint-Vincent-de-Paul, 74-82, avenue Denfert-Rochereau, 75674 Paris cedex 14 France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 29
Iconographies 56
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Appareil locomoteur
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

L'objectif de cette mise au point est de présenter l'état actuel de nos connaissances sur la luxation congénitale de hanche (LCH).

Cette pathologie soulève encore des problèmes de terminologie, de conception pathogénique, de sémiologie clinique, et de prise en charge thérapeutique. En outre, la place de l'échographie dans le dépistage précoce doit être précisée.

Un rappel de l'embryologie de la hanche et de l'anatomie normale à la naissance, puis au cours du développement de l'enfant est d'abord envisagé. L'anatomie pathologique de la LCH est ensuite décrite, en faisant une synthèse de tous les travaux publiés dans la littérature.

Les différents facteurs étiologiques sont envisagés en tenant compte de nombreux travaux expérimentaux, et l'histoire naturelle de la LCH est décrite en proposant une pathogénie originale qui insiste sur les facteurs mécaniques intra-utérins prépondérants.

L'examen clinique est détaillé car il ne se résume pas au signe du ressaut, grâce à l'apport d'une sémiologie plus subtile.

Sont ensuite envisagés les moyens d'imagerie qui peuvent aider au diagnostic de LCH, la radiographie standard mais surtout l'échographie de hanche, ce qui débouche sur des consignes pour le dépistage.

Le traitement de la LCH fait appel à un principe simple qui est celui de la posture du recentrage en abduction et rotation interne. Cela permet d'expliquer les différentes méthodes de traitement orthopédique (langeage en abduction, harnais de Pavlik, attelles d'abduction, traction en hospitalisation) et de traitement chirurgical (ostéotomie fémorale et/ou pelvienne, capsulorraphie, réduction opératoire, ténotomie).

Les indications thérapeutiques sont données en fonction de l'âge de l'enfant et de l'importance des défauts. Chez le nouveau-né, le traitement est volontiers différé en cas de non-correction spontanée vers l'âge de 3 ou 4 semaines. En effet, le risque de tout traitement est une ostéochondrite. Les autres complications sont également étudiées (échec de réduction, reluxation, subluxation résiduelle, raideur).

Plan



© 1999  Editions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.