Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Efficacité de l’activité physique dans l’aide à l’arrêt du tabac - 14/12/15

Doi : 10.1016/j.rmr.2015.01.006 
M. Underner a, , J. Perriot b, G. Peiffer c, J.-C. Meurice a
a Service de pneumologie, unité de tabacologie, centre de lutte antituberculeuse (CLAT 86), pavillon René-Beauchant, CHU de Poitiers, BP 577, 86021 Poitiers cedex, France 
b Dispensaire Émile-Roux, centre de tabacologie, centre de lutte antituberculeuse (CLAT 63), 63100 Clermont-Ferrand, France 
c Service de pneumologie, centre hospitalier régional Metz-Thionville, 57038 Metz, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 18
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Un fumeur sur deux, qui poursuit sa consommation de tabac jusqu’à la fin de son existence, décédera d’une maladie liée à cet usage. Le tabagisme est la première cause évitable de mortalité dans le monde. Si les traitements médicamenteux jouent le premier rôle dans la prise en charge du sevrage tabagique, l’activité physique possède une capacité d’amélioration de la santé qui peut, parmi les moyens non médicamenteux d’aide à l’arrêt, représenter une aide potentielle. Cette revue générale s’est attachée à évaluer l’intérêt de l’exercice physique en tant que moyen de sevrage tabagique et de maintien de l’abstinence. Elle a rassemblé 17 études contrôlées randomisées, avec pour objectif principal l’arrêt du tabac, et avec un suivi des patients d’au moins six mois. Au terme de cette revue, quatre essais seulement mettent en évidence un intérêt de l’activité physique dans l’arrêt du tabac, deux d’entre eux ne montrant pas de bénéfice au-delà du programme d’exercice. L’activité physique ne peut donc pas être considérée comme un moyen d’aide à l’arrêt du tabac. L’hétérogénéité des études rassemblées représente cependant un biais méthodologique important. En revanche, il existe de fortes preuves que l’activité physique réduit le syndrome de sevrage, le craving, les affects négatifs et la prise de poids lors du sevrage tabagique. Le conseil de pratiquer une activité physique devrait donc être intégré au programme de sevrage tabagique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

One over two smokers who smokes all his lifetime will die from a disease related to tobacco use. Tobacco smoking is the primary cause of avoidable death in the world. Medications have an important role in smoking cessation, but physical activity, as well as improving health generally may also represent an important non-pharmacological therapy to help people to stop smoking. The aim of this review was to evaluate the use of physical activity as an aid for smoking cessation and maintaining abstinence. We included 17 randomized controlled trials where the main objective was stopping smoking, and which included at least a six-month follow-up of participants. At the end of this review, only 4 trials revealed a benefit of physical activity on smoking cessation; two of them did not show any persistent benefit after the end of the exercise program. On the basis of this, physical activity cannot itself be considered as a way to help stopping smoking. The heterogeneity among studies summarized in this review was an important methodological bias. However, there is strong evidence that physical activity reduces withdrawal symptoms, craving, negative affect and weight gain during smoking cessation. Advice to practice physical activity should therefore be incorporated into smoking cessation programs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Tabagisme, Sevrage tabagique, Activité physique, Exercice, Essais contrôlés randomisés

Keywords : Tobacco smoking, Smoking cessation, Physical activity, Exercise, Randomized controlled trials


Plan


© 2015  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 32 - N° 10

P. 1016-1033 - décembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Syndrome de haute résistance des voies aériennes supérieures : quelles approches cliniques et quelles procédures diagnostiques ?
  • S. M'saad, I. Yangui, W. Feki, N. Abid, N. Bahloul, F. Marouen, A. Chakroun, S. Kammoun
| Article suivant Article suivant
  • Reflux gastro-œsophagien et pathologies respiratoires chroniques
  • S. Dirou, P. Germaud, S. Bruley des Varannes, A. Magnan, F.-X. Blanc

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.