Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Miliaire cérébrale carcinomateuse secondaire a un adénocarcinome pulmonaire muté EGFR - 23/01/16

Doi : 10.1016/j.rmr.2015.01.003 
J. Dumoulin a, , N. Rozensztajn a, M. Paradis b, J. Sellier c, A. Abel d, P. Giraud e, S. Labrune a, T. Chinet a
a Service de pneumologie et d’oncologie thoracique, hôpital Ambroise-Paré, AP–HP, 9, avenue Charles-de-Gaulle, 92100 Boulogne-Billancourt, France 
b Équipe de liaison et de soins en addictologie et psychiatrie de liaison, hôpital Ambroise-Paré, AP–HP, 92100 Boulogne-Billancourt, France 
c Service de radiologie, hôpital Ambroise-Paré, AP–HP, 92100 Boulogne-Billancourt, France 
d Service de soins palliatifs, hôpital Ambroise-Paré, AP–HP, 92100 Boulogne-Billancourt, France 
e Service d’oncologie radiothérapie, hôpital européen Georges-Pompidou, AP–HP, 75015 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La miliaire cérébrale carcinomateuse est une forme rare de lésions cérébrales secondaires.

Observation

Nous rapportons ici le cas d’un patient de 58ans, suivi dans le service pour un adénocarcinome pulmonaire muté EGFR, d’emblée métastatique au niveau osseux, pleural et péricardique. Un traitement par inhibiteur de tyrosine kinase a été débuté. Quelques mois plus tard, il a développé un tableau neuropsychiatrique subaigu atypique et sévère menant au diagnostic de miliaire cérébrale carcinomateuse devant l’aspect de l’imagerie cérébrale (micronodules dont certains calcifiés), après avoir éliminé les diagnostics différentiels. Malgré une absence de progression au niveau thoracique et osseux, son état neurologique s’est aggravé, sans effet de l’irradiation cérébrale, menant à son décès 8 mois après le diagnostic initial.

Conclusion

La miliaire cérébrale carcinomateuse est rare et de présentation atypique. Son diagnostic repose sur l’aspect radiologique de dissémination micronodulaire avec parfois microcalcifications. Malgré sa rareté, plusieurs cas ont été rapportés dans des adénocarcinomes bronchiques en association avec une mutation de l’EGFR.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Miliary brain metastases are a rare form of brain metastatic lesions.

Case report

We report the case of a 58-year-old patient with lung adenocarcinoma and an EGFR mutation, who had metastatic lesions in the bones, pleura and pericardia at the time of diagnosis. The patient was treated with tyrosine kinase inhibitor. A few months later, he presented with progressive neuropsychiatric symptoms, which were attributed to miliary brain metastases based on the radiological pattern (micronodules, some of which were calcified) and the elimination of alternative possible diagnoses. Despite tumour stability in the thorax and metastatic sites other than the brain, his neurological condition deteriorated, even after cerebral radiotherapy, leading to his death eight months after the diagnosis of lung cancer.

Conclusion

Miliary brain metastases are a rare form of brain metastases with unusual clinical presentation. The diagnosis is based on the radiological pattern of cerebral miliary dissemination, with sometimes calcified tumor nodules. Despite its rarity, several cases have been reported in lung adenocarcinoma in the presence of EGFR mutations.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Miliaire cérébrale carcinomateuse, Encéphalite carcinomateuse, Adénocarcinome bronchique, Métastases cérébrales, Récepteur du facteur de croissance épidermique

Keywords : Miliary brain metastases, Carcinomatous encephalitis, Lung adenocarcinoma, Brain metastases, Epidermal growth factor receptor


Plan


© 2015  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 1

P. 67-71 - janvier 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Corps étrangers d’origine dentaire : comment ramener la fraise du dentiste ?
  • M. Vincent, J.-M. Vergnon
| Article suivant Article suivant
  • Pleuro-pneumopathie révélant une thrombophlébite septique de la veine jugulaire : pensez au syndrome de Lemierre
  • P. Habert, R. Tazi-Mezalek, J. Guinde, S. Martinez, S. Laroumagne, P. Astoul, H. Dutau

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.