Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Mise en place d’un programme de chirurgie thoracique mini-invasive robot-assistée - 09/04/16

Doi : 10.1016/j.rmr.2015.05.004 
J.-M. Baste a, , C. Riviera b, F.-X. Nouhaud a, P. Rinieri a, J. Melki a, C. Peillon a
a Unité de chirurgie générale et thoracique, CHU de Rouen, 1, rue de Germont, 76031 Rouen cedex, France 
b Service de chirurgie thoracique et vasculaire, centre hospitalier de la Côte-Basque, 13, avenue de l’interne-Jacques-Loëb BP 8, 64109, Bayonne cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectifs

Les publications récentes nord-américaines ont montré l’intérêt de la chirurgie robotique vidéo-assistée. Nous rapportons la mise en place d’une telle technique dans un centre universitaire français et les premiers résultats dans une unité avec volume d’activité modéré.

Méthodes

Étude rétrospective monocentrique. Le programme a débuté après une période de 6mois d’apprentissage.

Résultats

De janvier 2012 à janvier 2013, 30 patients (17 hommes) d’âge médian 54ans [Q1–Q3 : 48–63] et de score ASA 2 [1,2] ont été opérés par chirurgie mini-invasive robot-assistée. Les procédures réalisées ont été : 9 thymectomies (30 %), 11 lobectomies avec curage (38 %), 4 segmentectomies (14 %), 3 lymphadénectomies diagnostiques (10 %), 2 kystes bronchogéniques (5 %) et une résection médiastinale postérieure (3 %). Aucune conversion en thoracotomie n’a été nécessaire. La perte sanguine médiane était de 50mL [10–100]. Le temps opératoire médian était de 135min [105–165] avec 30min [20–40] pour l’installation du robot, 90min [70–120] pour le temps à la console et 15min [10–15] pour l’extraction de la pièce opératoire et la fermeture. La durée d’hospitalisation a été de 4jours [4–6] avec 6 (20 %) complications mineures (Grade 1 selon la classification de Clavine-Dindo). Après un suivi médian de 4mois [2–7], tous les patients étaient vivants et attestaient d’une qualité de vie satisfaisante.

Conclusion

Cette série suggère que la chirurgie thoracique robotique est une technique sûre et efficace pour la prise en charge de diverses pathologies, avec une faible morbidité et sans courbe d’apprentissage significative, même dans un centre avec volume d’activité modéré. Cette technologie devrait accompagner le développement de la chirurgie thoracique mini-invasive. L’importance de l’apprentissage à la chirurgie robotisée doit être soulignée, de façon à optimiser les procédures et les coûts.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Aims

Recent publications from North America have shown the benefits of robot-assisted thoracic surgery. We report here the process of setting up such a program in a French university centre and early results in a unit with an average treatment volume.

Methods

Retrospective review of a single institution database. The program was launched after a 6-month preparation period.

Results

From January 2012 to January 2013, totally endoscopic, full robot-assisted procedures were performed on 30 patients (17 males). Median age was 54 [Q1–Q3, 48–63] years and ASA score 2 [1,2]. Operative procedures included thymectomy (9 ; 30%), lobectomy with nodes resection (11 ; 38%), segmentectomy (4 ; 14%), lymphadenectomy (3 ; 10%), Bronchogenic cyst (2, 5%) and posterior mediastinal mass resection (1 ; 3%). No conversion was required. Median blood loss was 50mL [10–100]. Median operating time was 135min (105–165) including 30min [20–40] for docking, 90min for robot-assisted operating [70–120] and 15min [10–15] for lesion extraction. CO2 insufflation was used in 28 cases (93%). Hospital stay was 4 days [4–6] with 6 minor complications (20%) (Grade 1 according to the Clavien-Dindo classification). After a median 4months follow-up [2–7], all patients were alive and demonstrated a good quality of life.

Conclusion

This series suggests that full robotic thoracic procedures are safe and effective treatment for various pathologies, with low morbidity and without a significant learning curve, even in a lower volume centre. This technology should accompany the development of minimally invasive thoracic surgery. The importance of robotic training should be emphasized to optimize procedures and costs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Chirurgie thoracique vidéo-assistée, Robotique, Formation, Cancer du poumon, Myasthénie

Keywords : Video-assisted thoracic surgery, Robotics, Training, Lung cancer, Myasthenia gravis


Plan


© 2015  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 3

P. 207-217 - mars 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La BPCO : enfin la parité !
  • J.-C. Dalphin
| Article suivant Article suivant
  • Description des pratiques en matière de prise en charge de la tuberculose maladie
  • C. Guimond, J.-P. Orain, M. Tanguy

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.