Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Précarité et sevrage tabagique : réflexions à partir des données de la consultation de tabacologie de l’hôpital européen Georges-Pompidou (AP–HP), Paris - 20/01/17

Doi : 10.1016/j.rmr.2016.03.010 
A. Deschenau a, , A.-L. Le Faou b, D. Touzeau a
a Pôle addiction, groupe hospitalier Paul-Guiraud, 54, avenue de la République, 94800 Villejuif, France 
b Hôpital européen Georges-Pompidou, Assitance publique–Hôpitaux de Paris, centre ambulatoire d’addictologie, université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, UMRS 1123, 75010 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les personnes en situation de précarité fument plus fréquemment, plus intensément et arrêtent moins que les autres fumeurs. Elles sont pénalisées par l’avance des frais des médicaments d’aide au sevrage. L’objectif de cette étude était de comparer les caractéristiques et le sevrage des fumeurs en situation de précarité sociale reçus une première fois en 2013 en tabacologie à l’hôpital européen Georges-Pompidou (Paris, France) par rapport aux autres fumeurs.

Méthodes

Le score EPICES était utilisé pour définir la précarité. Le dossier national de consultation de tabacologie était complété, informatisé dans CDTnet. Les prescriptions étaient détaillées car le traitement de substitution nicotinique (TSN) pouvait être dispensé aux fumeurs précaires.

Résultats

Parmi les 250 nouveaux consultants, les fumeurs précaires (36,8 %) se distinguaient par un tabagisme plus sévère et des troubles psychiatriques plus fréquents. Ils ont bénéficié le plus souvent d’un TSN associant patchs et formes orales et ont assisté à un plus grand nombre de consultations (4,7 contre 3,4). S’ils étaient moins souvent abstinents (22,2 versus 41,3 %), ils parvenaient à une réduction significative de leur consommation.

Conclusion

Les fumeurs précaires adhèrent aux soins structurés avec une aide à l’accès aux TSN avec pour conséquence un impact positif sur leur consommation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Underprivileged people smoke more frequently, present with a more severe smoking profile and stop less often than wealthier smokers. They can have difficulties to afford smoking cessation treatments as the French medical insurance coverage system requires smokers to pay it in advance with a later reimbursement. The objective of this study was to compare the characteristics, treatment plans and cessation rates of smokers from disadvantaged population in comparison with smokers in wealthier condition.

Methods

Study population concerned smokers received for a first visit in the smoking cessation service at Georges-Pompidou European Hospital (Paris, France) in 2013. The EPICES score was used to define precariousness. The national file of smoking cessation consultation (CDT) was completed and the nicotine replacement therapy (NRT) prescriptions were detailed, as treatment could be given for free to precarious smokers on a weekly basis. Data were registered in CDTnet, the French national database of smoking cessation services.

Results

Precarious smokers (36.8%) presented with a more severe smoking profile and suffered more often from psychiatric disorders than wealthier smokers. They benefited most often from a combination NRT with patch and oral forms. The followed-up precarious smokers attended a greater number of consultations (4.7 against 3.4) and, if they were less often abstainers (22.2% against 41.3%), they were able to significantly reduce their consumption.

Conclusions

Precarious smokers adhere to structured care with aid for access to TSN with a positive consequent impact on consumption.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Sevrage tabagique, Dépendance au tabac, Substituts nicotiniques, Démunis, Assurance maladie

Keywords : Smoking cessation, Tobacco dependence, Nicotine replacement products, Low-income population, Social security


Plan


© 2016  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 1

P. 44-52 - janvier 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Bevacizumab en association à une première ligne de chimiothérapie chez des patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules, non épidermoïde, à un stade avancé ou en rechute : résultats de l’étude non interventionnelle EOLE
  • C. Chouaid, L. Falchero, R. Schott, F. Bonnetain, N. Taguieva-Pioger, J. Bennouna
| Article suivant Article suivant
  • Cancer neuroendocrine à grandes cellules de la femme jeune : une présentation inhabituelle
  • A. Proux, L. Greillier, F. Barlesi, P. Tomasini

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.