Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude de faisabilité de la spirométrie en médecine générale - 24/04/18

Study of the feasibility of spirometry in general practice

Doi : 10.1016/j.rmr.2017.05.003 
L. Bunge a, , D. Baruch b, L. Plantier c, T. Mazars b, N. Roche d, A. Izadifar e

Médiflux1

  La société Médiflux a aidé à la réalisation de l’étude par le don d’un spiromètre et prêt d’un autre spiromètre MIR Minispirlight. Aucun financement n’a été apporté de leur part par ailleurs.

a Clinique universitaire de médecine générale, université Paris-Diderot, 5, rue Thomas-Mann, 75013 Paris, France 
b Médecine générale, université Paris-Diderot, 75013 Paris, France 
c Service des explorations fonctionnelles, hôpital Bichat (75), 75018 Paris, France 
d Service de pneumologie, hôpital Cochin (75), 75014 Paris, France 
e Centre cardiologique du Nord, 93200 Saint-Denis, France 

Auteur correspondant. UFR Bichat-département de médecine générale, 16, rue Henri-Huchard, 75018 Paris, France.UFR Bichat-département de médecine générale, 16, rue Henri-Huchard, 75018 Paris, France.

Résumé

La bronchopneumopathie chronique obstructive est une maladie fréquente insuffisamment dépistée par les médecins généralistes (MG) alors que la spirométrie leur est accessible. L’objectif de ce travail était d’évaluer la qualité et l’interprétation des spirométries réalisées par des internes de médecine générale après une formation courte. Trois internes ont été formés pendant une demi-journée à la spirométrie. Dans 5 cabinets de médecine générale, une spirométrie était proposée à tous les fumeurs de plus de 35 ans. Les examens ont été relus en aveugle par un pneumologue expert indépendant pour évaluer leur qualité et leur interprétation. Des 184 patients éligibles, 89 % ont accepté de participer et 66 % (107) sont venus au 2e rendez-vous. Le pneumologue a évalué la qualité des spirométries comme bonne pour 72 %, moyenne pour 20 % et non interprétable pour 8 %. L’interprétation était correcte pour 91 % des tests. Le coefficient Kappa de concordance de l’interprétation entre MG et expert était de 0,93. Ces tests ont permis de dépister des troubles ventilatoires obstructifs dans 17,5 % des cas. Le temps moyen d’une consultation avec spirométrie était de 19minutes. La consultation dédiée de spirométrie est bien acceptée par les patients en MG. Une formation courte reste à structurer pour permettre la réalisation et l’interprétation de spirométries en MG. Cette étude doit être étendue de façon à mieux étudier la reproductibilité en cas de courbe anormale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

COPD is common but is under-diagnosed by general practitioners (GP). GP have a major role in the early diagnosis of this disease. GP could have access to spirometry. The aim of this study was to evaluate the quality and interpretation of spirometry performed by primary care residents following a short education session. Three residents were trained in spirometry for half a day. They then performed spirometry on all smokers over the age of 35 visiting five general practices. The results were reviewed blindly by an independent specialist pulmonologist to assess their quality and interpretation. Among 184 eligible patients, 89% agreed to participate and 66% (n=107) came for the second appointment. The pulmonologist evaluated the quality of spirometry as good in 72% of cases, of suboptimal but acceptable quality in 20% and of poor quality in 8%. Interpretation was accurate in 91% of tests. The Kappa concordance coefficient between GPs and the expert was 0.93. Airflow obstruction was detected in 17.5% of the screened subjects. The average time for a consultation with spirometry was 19minutes. The consultation dedicated to spirometry was well accepted by patients. A short training has to be structured to allow GPs to perform and interpret spirometry properly. This work needs to be extended to better assess reproducibility in cases of abnormal spirometry.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Spirométrie, Médecine générale, BPCO, Diagnostic précoce

Keywords : Spirometry, COPD, General practice, Early diagnosis


Plan


© 2017  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 35 - N° 3

P. 238-248 - mars 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Limite inférieure de la normale ou ratio fixe pour le diagnostic de BPCO : est-ce si important ?
  • P.-R. Burgel
| Article suivant Article suivant
  • Survenue de symptômes tardifs après un test de provocation par la méthacholine
  • E. Cabon, F. Rey, D. Tissier-Ducamp, M.J. Del Volgo, S. Delliaux, M. Bues-Charbit, D. Charpin, F. Brégeon

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.