Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Un kyste peut en cacher un autre - 28/06/19

Doi : 10.1016/j.rmr.2019.05.032 
D. Hassoun 1, , S. Dirou 1, C. Sagan 2, R. Liberge 3, L. Peuvrel 4, G. Quereux 4, A. Magnan 1, F.X. Blanc 1
1 L’institut du thorax, Service de pneumologie, Inserm, CNRS, UNIV Nantes, CHU Nantes, 44093 Nantes, France 
2 Service d’anatomopathologie, CHU Nantes, 44093 Nantes, France 
3 Service de radiologie et d’imagerie médicale, CHU Nantes, 44093 Nantes, France 
4 Service de dermatologie, CHU Nantes, 44093 Nantes, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les atteintes pulmonaires polykystiques peuvent être d’étiologies diverses notamment infectieuse ou néoplasique. Nous rapportons ici le cas d’un diagnostic d’expression pulmonaire d’une maladie de Sézary diagnostiquée au décours d’une pneumocystose.

Description

Un homme de 73 ans rapporte l’apparition subaiguë et l’aggravation progressive d’une dyspnée d’effort associée à une toux sèche dans un contexte d’altération de l’état général. Il présente comme principal antécédent un syndrome de Sézary (lymphome cutané T épidermotrope) stabilisé sous bexarotene et dermocorticoïdes. Les explorations initiales concluent à une pneumocystose devant la symptomatologie, l’atteinte radiologique compatible (verre dépoli diffus et kystes pulmonaires à la tomodensitométrie thoracique) et la positivité de la PCR pneumocystis dans le lavage bronchoalvéolaire (LBA). Malgré un traitement de 3 semaines par cotrimoxazole, les symptômes généraux et respiratoires persistent 3 mois plus tard. La maladie de Sézary est alors jugée comme toujours stable sur le plan cutané et biologique. Le contrôle tomodensitométrique retrouve une extension du verre dépoli (aspect patchy), des condensations péri-bronchovasculaires migratrices et une augmentation du nombre de kystes pulmonaires. Le bilan biologique retrouve une lymphopénie profonde à 0.65 G/L et une hyperéosinophilie à 0,52 G/L. Il n’y a pas de documentation microbiologique sur les prélèvements endoscopiques (PCR pneumocystis négative). Le LBA retrouve une formule lymphocytaire (65 %) avec éléments atypiques d’aspect sézariforme et éosinophilique (26 %) évoquant une localisation pulmonaire du syndrome de Sézary. Les biopsies transbronchiques confirment ce diagnostic par l’identification d’un infiltrat lymphoïde périvasculaire de phénotype sézariforme. Une chimiothérapie par doxorubicine est initiée. À 3 mois de l’instauration de la chimiothérapie, une amélioration de l’état général ainsi que de la dyspnée est observée. La tomodensitométrie thoracique retrouve quant à elle une nette diminution des lésions en verre dépoli et une persistance de plusieurs lésions kystiques bilatérales.

Conclusion

Les localisations pulmonaires des lymphomes cutanés T épidermotropes sont peu décrites dans la littérature [1]. L’analyse précise du LBA peut suffire à elle seule à poser le diagnostic. L’aggravation de lésions kystiques pulmonaires en contexte de lymphome connu doit amener à éliminer une pathologie infectieuse. En l’absence d’amélioration malgré une thérapeutique adaptée, une localisation pulmonaire de la pathologie lymphoproliférative doit être recherchée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° 5

P. 646 - mai 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Une tumeur endobronchique rare
  • T. Georges, L. Cellerin, C. Sagan, E. Magois, F.-X. Blanc
| Article suivant Article suivant
  • Pleuropneumopathie à Haemophilus influenzae et thymome : à propos d’un cas
  • L. Moirand, A. Bizieux, I. Caby, H. Gendreau, A. Caristan, J.P. Arigon, J.P. Clarke

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.