Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Syndrome de détresse respiratoire aiguë d’origine professionnelle : que se passe-t-il dans le silo ? - 28/06/19

Doi : 10.1016/j.rmr.2019.05.037 
A. Courtais 1, , A. Paris 2, A. Julien 2, N. Chudeau 1, F. Goupil 2, C. Guitton 1
1 Service de réanimation médicale, Centre hospitalier Le Mans, 194, avenue Rubillard, 72037 Le Mans Cedex 
2 Service des maladies respiratoires, Centre hospitalier Le Mans, 194, avenue Rubillard, 72037 Le Mans Cedex 

Auteur correspondant.

Résumé

Nous rapportons le cas d’un homme de 50 ans, sans antécédent médical, non tabagique, qui présente brutalement en novembre 2018 un syndrome grippal, une toux productive et une dyspnée de repos d’évolution défavorable sous Augmentin instaurée par le médecin généraliste. Le patient se présente aux urgences le troisième jour. L’examen clinique retrouve des signes de détresse respiratoire, des crépitants en base droite sans signe extrathoracique. Il est hypoxémique à 59,6mmHg sous 4 litres/mn d’oxygène. La radiographie pulmonaire initiale montre une atélectasie de la base droite et un syndrome alvéolaire lobaire inférieure gauche. Le scanner thoracique retrouve des plages de condensation alvéolaire des deux lobes inférieurs avec quelques lésions en verre dépoli. Le bilan infectieux retrouve la présence d’Aspergillus terreus au lavage broncho alvéolaire. La recherche de germe communautaire et la légionelle est négative (LBA, hémocultures, ECBU). Le patient évolue vers un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) sévère où il est pris en charge en réanimation. L’évolution est favorable sous ventilation mécanique, une séance de décubitus ventral et une bi-antibiothérapie par ceftriaxone-rovamycine avec un sevrage de l’oxygène le dix-huitième jour d’hospitalisation. Le patient est agent de nettoyage industriel notamment dans le circuit de refroidissement des silos de céréales (maïs, orge). Six heures avant les symptômes, il a nettoyé de manière mécanique, pendant six heures, sans masque, un silo de refroidissement vide. Comparativement aux fois précédentes, le délai de nettoyage de ce silo était allongé (18 mois au lieu de 6 mois). Deux collègues non masqués qui l’accompagnaient ont eu des symptômes de pneumopathie infectieuse mais l’évolution a été favorable sous antibiotique en quelques jours, sans hospitalisation. Leur durée d’exposition était de deux heures. Le quatrième collègue avec une durée d’exposition de six heures n’a pas eu de symptôme, il portait un masque.

À propos de ce cas, nous discutons trois hypothèses : une pneumopathie d’hypersensibilité, une inhalation de dioxyde d’azote (maladie des silos) ou un syndrome toxique des poussières organiques [1]. Nous retenons pour ce patient le syndrome toxique des poussières organiques sur les arguments suivants : chronologie, signes cliniques compatibles, présence de spores fongiques dans le LBA, absence de céréale dans le silo, détersion mécanique. Nous sommes dans l’attente des résultats des prélèvements faits par la médecine du travail à l’intérieur du silo. La prévalence en Europe et dans les pays nord-américains est fluctuante selon les secteurs d’activité et la définition retenue du syndrome ; elle peut varier de 6,4 % à 26,3 % pour un même secteur. Le mécanisme est immuno-inflammatoire [2]. Concernant ce patient, l’évolution est inhabituelle sous la forme d’un SDRA. Nous n’avons pas retrouvé de cas similaire dans la littérature.

Les pathologies liées aux expositions professionnelles dans les silos sont mal connues des professionnels de santé. Les méthodes de préventions simples telles que le port systématique du masque semblent efficaces.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° 5

P. 648 - mai 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prise en charge ambulatoire des pneumothorax de grande abondance par cathéter de Furhman « queue de cochon » avec valve unidirectionnelle au CHU de Poitiers
  • W. Dakhouche, J. Dutilh, I. Saleh-Jawiche, O. Mimoz, J.-C. Meurice

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.