Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Utilisation concomitante du nivolumab et d’immunosuppresseurs chez un patient greffé rénal - 06/11/19

Concomitant use of nivolumab and immunosuppressants in a renal transplant patient

Doi : 10.1016/j.rmr.2019.08.004 
H. Pluchart a, , b , L. Ferrer c, D. Giovannini d, R. Tetaz e, J. Pinsolle c, O. Stephanov d, M. Giaj Levra c, f, D. Moro-Sibilot c, f, A.-C. Toffart c, f
a Pôle pharmacie, CHU Grenoble Alpes, 38000 Grenoble, France 
b TIMC-IMAG UMR5525/ThEMAS, CNRS, université Grenoble Alpes, 38000 Grenoble, France 
c Pôle thorax et vaisseaux, service hospitalo-universitaire de pneumologie et physiologie, CHU Grenoble Alpes, 38000 Grenoble, France 
d Département d’anatomie et cytologie pathologiques, Institut de Biologie et de Pathologie, CHU Grenoble Alpes, 38000 Grenoble, France 
e Pôle digestif-DUNE, clinique de néphrologie, CHU Grenoble Alpes, 38000 Grenoble, France 
f UGA/Inserm U1209/CNRS 5309, Institut pour l’avancée des biosciences, université Grenoble Alpes, 38000 Grenoble, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Plusieurs immunothérapies ont obtenu une autorisation de mise sur le marché en 1re et en 2e ligne des cancers bronchiques non à petites cellules avancés ou métastatiques grâce aux résultats de plusieurs essais contrôlés randomisés de phase III. Les patients transplantés d’organe ont été exclus de ces études en raison du risque d’activation des lymphocytes T alloréactifs pouvant causer un rejet de greffe.

Observation

Un homme âgé de 71 ans a été diagnostiqué d’un adénocarcinome pulmonaire de stade IV, sans altération moléculaire et statut PD-L1 négatif. Il présente dans ses antécédents une greffe rénale et est traité par sirolimus et mycophénolate mofétil. Après discussion en réunion de concertation pluridisciplinaire d’oncologie thoracique et avec son néphrologue, le nivolumab a été débuté en 3e ligne, sans modification de l’immunosuppression. Le patient a reçu au total 14 injections de nivolumab avec une maladie stable. Le traitement a été arrêté pour rejet aigu 6 mois après, sans nécessité de dialyse. Il est décédé d’un chylothorax lié à la progression tumorale 12 mois après l’initiation du nivolumab.

Conclusion

L’immunothérapie est un traitement potentiel pour les patients transplantés d’organe solide malgré un risque de rejet de greffe.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Immune-checkpoint inhibitors have been approved for first and second line treatments of metastatic non-small cell lung cancer based on the results of several phase III trials. Patients with organ transplantation were excluded from these studies because checkpoint inhibitors could activate allo-reactive T cells leading to acute graft rejection.

Case report

A 71-year-old Caucasian-male was diagnosed with stage IV pulmonary adenocarcinoma with multiple metastases, without molecular alteration and negative PD-L1 status. He had a left kidney transplant, and his immunosuppressive regimen consisted of sirolimus and mycophenolate mofetil. After failure of two therapeutic lines (carboplatin-paclitaxel and erlotinib) a multidisciplinary oncology meeting with the nephrologist started third line treatment with nivolumab 3mg/kg every 15 days, with no modification of the immunosuppressive treatment. The patient received a total of 14 injections of nivolumab with stable disease but treatment was discontinued due to acute rejection of the transplanted kidney 6 months later, without need for dialysis. The patient died of a chylothorax related to progression of the tumour 12 months after initiation of nivolumab.

Conclusion

Immune checkpoint inhibitors are a potential treatment for solid organ transplant patients despite the risk of graft rejection.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Adénocarcinome, Immunothérapie, Immunosuppression thérapeutique, Transplantation, Rejet

Keywords : Adenocarcinoma, Immune checkpoint inhibitor, Immuno-suppression, Transplantation, Graft rejection


Plan


© 2019  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° 9

P. 1064-1068 - novembre 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Impact fonctionnel respiratoire de l’obésité
  • P. Bokov, C. Delclaux
| Article suivant Article suivant
  • Embolie pulmonaire et agénésie de veine cave inférieure : une association inhabituelle
  • S. Van Laethem, R. Peché, V. Mercier, M. Moradi, P. Cauchie, A. Van Meerhaeghe

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.