Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pneumopathie d'hypersensibilité aux isocyanates. Reconnaissance en maladie professionnelle - 16/04/08

Doi : RMR-06-2003-20-3-0761-8425-101019-ART22 

J. Germanaud [1],

V. Proffit [1],

B. Janvoie [2],

E. Lemarie [3],

G. Lasfargues [3]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Les pneumopathies d'hypersensibilité (PHS) sont inscrites dans le tableau de maladie professionnelle n o 66, mais il comporte des conditions réglementaires qui ne sont pas adaptées aux isocyanates. Les auteurs rapportent une observation chez un ouvrier exposé au di-isocyanate d'isophorone (IPDI) au cours de la fabrication de mousses polyuréthane. Ce cas a été reconnu d'origine professionnelle dans le cadre de la procédure complémentaire (maladies hors tableau).

Cas clinique

Le diagnostic de PHS était fondé sur la présentation clinique (dyspnée, fièvre, râles crépitants) et les examens complémentaires (image en verre dépoli à la tomodensitométrie pulmonaire, hyperlymphocytose au lavage broncho-alvéolaire). Il a été confirmé par une biopsie transbronchique. Seul le profil fonctionnel (syndrome obstructif et absence de diminution marquée du transfert du CO) était discordant.

En ce qui concerne la responsabilité des isocyanates, le nombre de cas publiés (49 depuis l'observation princeps de 1976) montre que cette étiologie est rare. Dans l'observation présentée, la chronologie des symptômes (régression à la faveur de l'éviction spécifique, récidive immédiate à la ré-exposition) et l'absence d'exposition à d'autres agents étiologiques connus des PHS permettent cependant de retenir cette étiologie avec une quasi certitude.

Conclusion

Pour faciliter la prise en charge et la reconnaissance des PHS aux isocyanates, il y a lieu de sensibiliser la communauté médicale et de faire évoluer les tableaux de Maladies professionnelles.

Abstract

Pneumopathy due to isocyanate hypersensitivity: recognition as an occupational disease

Introduction

Hypersensitivity pneumopathies (HSP) are listed as number 66 in the list of occupational diseases but this list includes regulatory requirements that are not applicable to isocyanates. The authors report the case of a worker exposed to isophane di-isocyanate (IPDI) during the manufacture of polyurethane foam.

Case report

The diagnosis of HSP was based on the clinical presentation (dyspnoea, fever, crepitant rales) and the complimentary investigations (ground glass appearance on the thoracic CT scan, lymphocytosis in the broncho-alveolar lavage). It was confirmed by trans-bronchial biopsy. Only the functional assessment (airflow obstruction and absence of marked reduction in CO transfer) was atypical. With regard to the role of isocyanates the number of published cases (49 since the first observation in 1976) shows that this aetiology is rare. In the case presented the chronology of symptoms (regression following exclusion and immediate relapse following re-exposure) and the absence of exposure to other agents known to cause HSP confirm the aetiology with near certainty. This case was recognised within the framework of the complimentary procedure that allows for unlisted diseases.

Conclusion

In order to assist the management and recognition of HSP due to isocyanates there is good reason to raise the awareness of the medical profession and to extend the list of occupational diseases.


Mots clés : Maladie professionnelle , Pneumopathie d'hypersensibilité , Isocyanates , Alvéolite allergique extrinsèque , Imputabilité , Profession

Keywords: Occupational Disease , Hypersensitivity Pneumopathy , Isocyanates , Extrinsic Allergic Alveolitis , Imputation , Occupation


Plan



© 2003 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 20 - N° 3-C1

P. 443-450 - juin 2003 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Sarcome pulmonaire de bas grade précédant la découverte d'un primitif utérin
  • E. Staub, M.-L. Ranty, A. Genevois, M. Debled, L. Marpeau, C. Peillon, G. Nouvet, L. Thiberville
| Article suivant Article suivant
  • Toux chronique après gastroplastie par anneau modulable

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.